Christophe Kaczmarek, founder of French Beaches

Christophe Kaczmarek, founder of French Beaches: how to combine audacity, fun and respect for life


Click to watch the video (in French)!!

Today my guest is Christophe Kaczmarek, founder of French Beaches. He offers both approachable and terroir wines in his range, always respectful of life. His watchwords are audacity, fun and modernity. He wants to create a bridge between the wine worlds through his originality and quirky tone.

Alexia: Can you share your story with us and how you came to work in the wine industry to create your own companies?

Christophe: I grew up in Auvergne but I am from Poland. I did not like school and I did not know what to go into. So I went to business school. It helped me become on the ball and confident. It allowed me to learn a lot for what I do today. I wanted to create a business but I did not know in what area yet.

I discovered wine in 2005 when I met Jacques Rouvroy, creator of Belvédère (spirit company). It was founding for me, he made me realise that I could live from my passion. A couple years later in 2007, I joined Repaire de Bacchus (wine shop). That is when I fell madly in love with wine. I saw behind each bottle a story, a woman, a man, a vineyard, a region, a climate, a taste… It was crazy! I never left this universe or done anything else from that moment at 23.

Alexia: You say he taught you that you could live from your passion. At this moment, were you already passionate about wine?

Christophe Kaczmarek, French Beaches: As a Polish-French, I had a taste for inebriation (laughs)! I partied a lot in business school. I enjoyed disconnecting and letting go. What attracted me the most was the atmosphere of the world of night work and what is behind alcohol: the glass, graphic design, distillation, fermentation… When I took that job at Repaire de Bacchus, I realised it was wine for me. When we go back into the history of wine, it is actually the history of mankind and civilisation.

Alexia: What do you think this experience taught you? Was it a springboard for what came next?

Christophe: I have always had the will to create my own business in me. Back at business school, there was a huge part of the program on entrepreneurship. I joined an association based on it and it nourished me a lot. We worked like crazy, I gained time for the next thing. In 2007, I co-created a company. I met a wine merchant (La Maison du Vin, Paris 17). We organised tastings after plays for about two years. A so-called « business angel » swindled us. After that, I slept in a camp bed at work for two years. I washed myself in a tiny sink, so I was not always very clean… I had so much drive that I fully joined Repaire de Bacchus in 2009. My disposition to entrepreneurship quickly came back. I became self-employed and created Gentlewine. I organised tastings, dinners and courses for companies.

Christophe Kaczmarek (French Beaches) talks at a tasting
Christophe Kaczmarek (French Beaches) at a tasting
Alexia: Had you already learnt about wine back then?

Christophe Kaczmarek, French Beaches: I learnt a lot at Repaire de Bacchus, on two aspects. I met Paolo Bocanova who is now the number two. Back then he sold wine and was looking for temporary workers. When I arrived, he just told me « buy this book, this book, this book and come back to see me ». I bought the books, started learning and panicked. I was thinking « that’s it, they’ll never hire me ». When I came back, he said that he just wanted to see if I had enough motivation. He tested me because learning everything about wine in two weeks is impossible.

So I learned for two years, self-taught and through courses with them. We visited numerous vineyards. Special note to Jacky Blot (La Taille aux Loups, Montlouis-sur-Loire) who welcomed me in 2009. I knew nothing and I taught me a lot. I also received help from Jean-Michel Deluc who is now in charge of the selection for Le Petit Ballon.

In 2012 I took WSET 2 in English to get the vocabulary. It was relatively easy with the basics that I already had. Then I took WSET 3 in English in 2013. It allowed me to validate my knowledge and enrich my vocabulary. I keep learning every day, I visit a lot of vineyards. I taste tons of wines and I am very interested in their process of production.

Alexia: How did you get to French Beaches?

Christophe: After this, I worked for several companies and abroad. In 2015, I created « Coq au Vin », my first company that I still run today. It is a wine agency, I represent twelve producers. They are all estates that respect life, it is important to me. They are organic, biodynamic… I am not looking for more producers to represent. My philosophy is to spend a lot of time with each of them. I see them at least once a year, but it is actually more two to three times.

So it all started this way. It is not simple to live with this business only so I thought of creating wine brands, proper to myself and a bit over-the-top. It came from the fact that the producers were not ready to dive into my ideas. At first I asked them to create a wine together: their own wine but more marketing to reach a younger public. This audience is more beer or cocktail-oriented… Some developed canned wine to attract them. I wanted to attract them with a more intellectual aspect. Wine is mostly an intellectual pleasure. I wanted to offer this pleasure to this audience who does not have the references, is not a wine geek or does not want to get nerdy about wine. I wanted to create glouglou wines. There are also terroir wines but I mainly produce easy-drinking, simple wines.

I created two brands. Caaaaaaat with cats in space montages. And French Beaches where I put all my soul. There are different interpretations, it is like my masterpiece (without intending to play the artist). It is like my baby, I put everything I have in it.

French Beaches, it is the French beaches. It is the way France is open on the world with four maritime facades. I am an immigrant of second generation, I arrived in France and I love this country. After traveling a lot, I really love France (even with its flaws which I am aware of). Making fun of anglicismes is fun to me, though I use them a lot so I make fun of myself. It is self-mockery. One can also look like a damn fool saying this so it is fun.

I want to make good wines and create a bridge between the wine worlds. There are a lot of people who do not speak to each other in this industry: large retailers, chain merchants, independant merchants… There are a lot of different worlds. I think that the wine producers speak more to each other. They are often in the same villages and bump into each other. So the guy making conventional wine talks to the organic, biodynamic, cosmic producer… Whereas some merchants only sell natural wines, others only sell conventional wines…

There are two ranges. The classic range is said conventional but is actually sustainable. And the Equinoxe range is where I offer natural wines. This is not the aim per se. I want to offer very well-made wines respectful of life. Respect is very important to me, whether it is for fauna, flora, mineral; but also for the workers and the consumers. I want to bring emotion.

Alexia: With French Beaches, you do 100% French wine trade. Why did you choose this type of business? How did you implement it?

Christophe Kaczmarek, French Beaches: Wine trade is a catch-all word today. Overall it means purchase-resale. I buy bottled wines on which I put my label. In most cases I actually blend the wines. I arrive when the wines are in tank or in barrel and I work on the blends with the winemakers. I want to take part in the organoleptic aspect.

How I came to work with these producers is interesting. It did not come from me, but from them. I first created a wine called « Son of a chicken » to again look for this younger audience. Some producers saw what I did and asked to work together. I was super keen to work with them! It all started like this. For example Cuvée X is made in collaboration with Romain Peyre. Femme Fatale and Femme Fatale 2 (which will be released in fall 2021) are made in collaboration with Sébastien Mann. I met him at a Biodyvin (biodynamic label) general meeting. We had dinner at the same table and we hit it off. He had wanted to make a skin-fermented white wine for a while so he offered that we did it together.

French Beaches was built like this, little by little. I did not have preconceptions. I officially launched in February 2020, we were supposed to release a wine for each season. But in March 2020, lockdown due to Covid19. It calmed me and I released a wine for each equinox. I am currently preparing a spirit too. It will create a bridge between different drinks. I could do a soft drink or a non-alcoholic beverage.

Alexia: Did you contact any producers too? Or did it all happen by chance?

Christophe: I wanted to create some wines. For example I wanted to make a sweet wine for « Colline d’amour ». They are off-fashion and I wanted to update the style. So I asked Aymeric Hilaire from Domaine Mélaric. My passion is wine, I have been into it for 15 years now. I have visited a maximum of vineyards. I sleep wine, I think wine, I wake up wine. It is insane, a devouring passion. So with time I know a lot of people and Aymeric does not make sweet wine. But he shared about a few estates that did and were worth knowing. He put me in touch with Michel Maestrojuan from Domaine Entras in Côtes de Gascogne. We discussed and hit it off. I tasted his wines and we worked together. « Colline d’amour » started from a research and introductions.

I have ideas of wines, the will to offer something organoleptically or geographically at a good price. So there are some people who came to me and some who I looked for. I like visiting vineyards to understand the terroir and the methods of production of each producer. It also allows me to live my passion. It is not only about business. By the way I am not making money with French Beaches, and I will not. I live thanks to Coq au Vin and Caaaaaaat.

French Beaches is something else. I try to create this bridge. I do not have a financial pressure even if I had incredible loss because of Covid19. But I do not have the pressure to pay myself with it. It gives me a big strength regarding creativity, I can go wild. There are references to poetry and people’s imagination. I ask artists to design the labels. No shareholder imposes something on me. I have freedom in French Beaches and I want to cultivate it. Sorry, I have totally digressed from your question (laughs)!

Alexia: It is the perfect link with my next question! What are your values and the goal you are reaching?

Christophe Kaczmarek, French Beaches: There are many things behind French Beaches. I really put all my soul and who I am with my daily values. Freedom is very important to me. It is hard to say to yourself that you are generous. But as people say it about me, I am starting to understand that I am generous in a certain way. It shows from the fact I make glouglou wines, simple and approachable for people who not necessarily know about wine. It is also reaching for people instead of only thinking about myself or my brand. I still need a frame because it is business and I need to maintain it. Audacity can be seen on the labels.

I am careful with engagement because it is highly fashionable lately. We use it again and again now, especially with green washing. It is also a good thing because people who use have to follow the guidelines, even if it is only out of interest. For example I think that it is useless to create environmentally friendly packages. According to me it would be better to not create this package at all because it will end up in the trash anyway. Moreover it is generally producers who sell a lot of bottles who do this, compared to me who only sell a thousand bottles in my range Equinox.

In concrete terms we are not perfect regarding environment but I do my best. To create this bridge between different audiences, we need to look for people where they are. According the La RFV (French wine magazine), 90% of the wines are bought at large retailers. The average price there is around €3.50 all taxes included. It is insane, it is not even my production costs. I understand that these wines need access but I am not able to do it. My fight is to make people understand that it is maybe better to buy a bottle of wine at €9 and to drink it for three days than buying three bottles of wine at €3 and to drink one each day. It is better to drink less but better.

To come back to engagement, the range Equinox is composed only of wines made in respect of life. There is no pesticide, insecticide, herbicide, chemical. Sulfur dioxide is a big debate, but there are so many other chemical inputs. We produce in the most natural possible way. When we reach wine protection, there are different approaches. It takes more work and labour. Instead of spraying herbicide, we use pickaxe to remove adventices. I do not like the term « weed », there is nothing bad in nature. It means that the wine is more expensive, but it is also more qualitative. There is so much to say that I will summarize by saying that we respect life from start to finish, until the person who drinks the wine.

We try to make fermented grape juice, that is it. As Leonardo Da Vinci said, « simplicity is the greatest sophistication ». People think that it is simple to make fermented grape juice. But it is more complicated than they think. To have a wine with no fault and very good, it takes goldsmithery. We need extremely high-quality grapes and manipulate them with caution. The least gap can ruin everything.

We also have ecodesigned labels. They are made from linen or sugar cane waste, not trees. I try to lighten the bottles and the glass is recycled. Working with natural corks is what I want. I asked myself a lot of questions and I still have not solved everything. I try to work with natural wax, it implies labour and increased costs. Eliminating caps is my goal but it is not easy. Corks are not protected and the wines can be exposed to bacteria that will damage it.

About transportation I would like to use boats or sailboats, but it does not really exist. Hennessy cognacs do it and I am happy big brands open the path for people like me. It also implies explaining to the customers that their wine will take more time than today to arrive. It takes work here too. Everybody needs to change their habits.

I try to work on all these aspects. I am small and I do it on my scale. There is also everything that concerns email and social media, it uses a lot of energy. We have no visibility without it but it just uses a lot of energy. Ideally I would like to live in a low-tech world and work slowly. But we live in this world so I need to adapt and combine low and high tech.

There is also a poetic, contemplative dimension. There is a will to slow the world and time down. Without the pretention to say that we will save the planet, I think that she will perfectly cope without us. But trying to save us at least (laughs). I am driven by this but in fact I make wines that are only here to be drunk and pissed!

I think that politics really need to do something. It is easy to blame the citizen like it is done today. He just tries to live his life the best he can, he needs help and support. If they give him SUV to buy, they are not allowed to blame him for driving a SUV. It is too easy. As an entrepreneur, I try to do things the best way possible. Now I would like politics to impose a system. If they say no more fossil-fueled cargos, everybody must use sailorboats, there is no question asked. The world is slowed down, there is no other choice.

I see a lot of anxiety among people, especially the younger ones. Poor them, there is no insouciance. It is important to be aware but I try to add a little frivolity into people’s life with my wines. It is important to live, not subsist. And for me living is first and foremost freedom, audacity and engagement. Also collaboration, link, love.

Alexia: Your wines are often quirky compared to the wine world which is sometimes a little old-school, especially in France. What were the reactions regarding the labels, names and poetry?

Christophe: Several generations are mixed in my audience so I can surprise some of them. For example when I released « Femme Fatale ». For starter, it is a skin-fermented white wine! It is fashionable these days and we think like it is new. But not at all, it exists since Antiquity. The label is very modern with a mouth. It is out of step with traditional labels where we see a church or families’ coat of arms (laughs). The name could also have be a problem after the MeToo movement. When you think of a femme fatale it generally involves suspender belt.

But this is definitely not this to me. It is more Catherine Deneuve and the 60s. I think the term appeared at the beginning of the 19th century with rebel sides of housewives. She started poisoning her husband. It is more this idea that I had in mind and I think it has been understood. It is never literal sense with me, there are always different levels of interpretation.

In general it is well received. With « Liaisons Dangereuses » I talk to several audiences. There is an erotic aspect but also literary and musical aspects. It is a combination of different aspects.

I must admit that there is always a sensual aspect in what we produce. But it is in opposition to the society hygienism and puritanism. I realized the name « Colline d’Amour » appears nowhere on the bottle! I also like to keep this mysterious side. It is more artistic and free than marketing. I do not think of how it will be perceived by the drinkers. The artists who I work with have free rein. I only give them the name of the wine, the poetry verse on the back label and the wine description. After that they are free to do whatever they want to do.

Alexia: Can you introduce each of your ranges and their approach?

Christophe Kaczmarek, French Beaches: I export a lot and I like a term which is used in the world. It is the « no-brainers ». This is what I wanted to do on the classic range. It is wines for immediate pleasure, to drink without thinking of service conditions. This is easy: I am with my friends and we think of something else, of nothing. The idea is to make approachable wines, both on this aspect and financially (around €10). A white, a red and a rosé.

In the Equinox range, there is a more intellectual and sophisticated aspect. We release a cuvée at each equinox. It is the moment where there is a perfect balance between day and night, it is not by chance. We always look for balance and harmony in wine. Same as in life. It is more meditative, this is why I ask artists to join. I want something beautiful. On the back label, there is a poetry verse instead of traditional information about the wine. Again I talk to people who are not necessarily wine geeks but want a simple intellectual pleasure. Geeks can go on our website to download the technical sheets.

I also make beers that are available in Paris. They are called « Liberté (Freedom) Unplugged » in reference to music albums like Nirvana’s. Here I asked the artist Anne-Margot Rammstein who agreed to work with us.

I promote French lifestyle and, beyond that, a respectful and joyful lifestyle. Life is short so we have to make the most out of this period. Time flies so we have to maximise it. We need to have fun while freeing ourselves from materialism. We have to take time to contemplate. It is because life is short that we need to know how to stop and take time to live and see what surrounds us. It is common sense.

Alexia: I am exactly in this aspect of life since Covid hit us one year ago. Like you said I was always busy with so many projects on my plate. Then Covid forced me to stop, reflect and take time. Again perfect link to what I wanted to ask you! You started French Beaches right before Covid. What has been the impact?

Christophe: I was flat-out and exhausted when we launched. I am all by myself in the operations even if I have other entrepreneurs who worked a lot with me. I have organised everything on top of taking care of Coq au Vin and Caaaaaaat. 2020 was a very difficult year for me, just like everyone else.

I hit the bottom on several aspects. Business-wise I work a lot with restaurants with Coq au Vin and French Beaches was supposed to be oriented there too. I lost 70% of my turnover with Coq au Vin, so I was basically bankrupt, even worse with French Beaches. We are supposed to declare this to commercial court but thanks to Covid, I did not have to.

Now we are in April 2021, I managed to fix things fore Coq au Vin by working like a slave. It is exhausting physically and mentally. I am working on putting things right for French Beaches. It is more difficult because it is more recent and there is no history. I am currently still bankrupt but I will give my all to fix it. I think that my whim will help me. One needs to be crazy for entrepreneurship, especially in France. I do not have a problem paying my taxes, but red tape is horrible.

The positive aspect to this is that you search internal resources to try to bounce back. During the first lockdown in March 2020, I slept for three weeks. I caught up all my late sleep and it felt awesome. It also created a realization. I have been on this path for a while now but it helped more. It allowed to change the fact that society advocates material success only. I try to realign what I do today. I am still passionate about sales, but exchange sales.

Business-wise, I asked myself a lot of questions as well. I created an online eCommerce with Plugwine. I did not have time to do so before. Slowing down and finding new ways to reach people allowed me to do that. I search for internal resources in me. When you start something, you have to work a lot anyway. The idea of the entrepreneur who has an amazing idea and work on his own is simply false. If he is not surrounded, it will not work.

I also feel like there is more solidarity and humanity increased. We take more care of others on a daily basis.

Alexia: You always make perfect transitions! I wanted to talk about recent spring frosts. I know that you went to Chablis to help. What was the situation in the estates that you have visited?

Christophe Kaczmarek, French Beaches: For me this series of pandemy and frost are due to climate change. I try to be educational about this. Climate change is global. But locally we have extreme meteorological conditions. North of France could be the equivalent of the North Pole. In 2014 there were cold air episodes in the US reaching -50°C. It was like in the movie « The Day After ». It really left a mark on me and I started to think about it.

Climate change = ice caps melting = polar vortex malfunction = cold winds here. Indeed we had spring frosts with -8°C whereas it was 25°C the week before. It is crazy! These frosts will be our new normality, we will get others. People are always in denial but we have to become aware and act on our own level. All our food is potentially affected, it is not just wine. We will probably have hail, extreme heat waves and drought. For example Domaine Gautheron in Chablis who I make « Orgie Silencieuse » with has lost 100% of his crop today. There will be new buds but I will replace only 20% of his total crop.

I went to Chablis and Champagne to support them, I could not do anything more. Some used candles but it is paraffin wax. It comes from petrol but I am not sure that this is the right solution. Sprinkling throws water that freezes and protects the vines. But we use way too much water. We need to start asking questions and answer them. We also talk a lot about hybrids that are more resistant. Maybe we will end up creating terroir wines on exceptional years only and we will use hybrids for daily wines. I think that this is a good occasion to drink less but better in the future.

Alexia: Last but not least question, this one is generally difficult for wine passionates. What is your favourite wine in your range and globally?

Christophe: It is very difficult to choose a favourite wine. I think that I have a favourite wine for each moment, person with whom I will drink it, mood or pairing. Orgie Silencieuse is the last wine that I released in spring 2021 (see my notes on it here). I love the design, bold attitude and the connection to Baudelaire’s verse. It does not represent sexual orgy to me. It symbolises nature. Man is in a loud party. Nature is in a permanent but silent orgy. I like this idea. On the back label, there is verse of François Rabelais who I love. A true rebel of his time who was censored. I am afraid of censorship and I try to fight it.

We created something where I make fun of this, notably with the pregnant lady icon. I think that it is absurd to infantilize and tell her to not drink alcohol. In that case we have to tell everyone and put icons everywhere on the label! This pictogram is actually forbidden in some countries. It is considered against fat people. Essentially excess in all its forms is dangerous, we can do the same thing for water, oxygen or sun (laughs)! I do not think that it is needed to forbid people to do things. They do what they want and they have control over their body.

Orgie Silencieuse is also a wine with indigenous yeast only and no added SO2. It is very rare in the appellation Chablis. A journalist’s ignorance about this hit me not long ago. He told me that it was a pity that it is written « no added SO2 » on the back label but « contains sulfites » on the label. But every wine contains sulfites because it is a by-product of alcoholic fermentation. We just do not add it after this process. I have created a blog on Caaaaaaat to share education about this and I will do the same for French Beaches for those who are interested.

Otherwise I drink pretty much everything from the whole world! I like Italian wines (it is magical how many grapes they have), Spanish wines, Austrian wines (some Grüner Veltliner blew me away), German wines (I love their Rieslings). I know the North of Italy pretty well but I have recently discovered the volcanic wines of Sicily. They are fashionable lately, vibrant with a particular energy. I love wines from volcanic soils, worked with respect for life of course. Australian wines are also beautiful. I find other countries less interesting though.

There are so many amazing wine regions in France. I can talk about a few recent discoveries: Domaine Lajibe and Clos Cancaillaü. Both are small estates in Jurançon. Their wines have incredible texture and energy. They are not fashionable, fruit-driven. More restrained aromatically but texture and energy are insane! Especially the cuvée Météore which has a great value for money (around €15).

I love Chablis because they make affordable Chardonnay for Burgundy. Even grands crus are still accessible. Value for money is great even with Chablis Villages, we can have a good time. The rest of Burgundy is a bit complicated price-wise and I think that it is limited regarding sustainability. Alsace is super interesting and it is not drunk a lot in France. It is a pity. Around 25% of the vineyard area is organic and the mosaic of terroirs is fantastic!

I am a big fan of Champagne obviously. Ageing is very long and there is a strong notion of blending: it is interesting. Maybe we will have to replicate this blending process in other regions in the future. I live in Angers so obviously I love Loire, it is important to me. I love Chenin Blanc. It was my first bottles of wine back when I was 23. I also like Muscadet. It reinvents itself, thanks to Jérôme Bretaudeau for example. A lot of things are happening.

There is also Auvergne that we do not talk about. It used to be a big wine region before war (around 30,000ha, as big as Champagnge). I think that today it is only 2,000ha. It is small but it is growing. There are very interesting wines, made with respect of life. There are very beautiful Gamays. I also love Beaujolais of course! Gamay is a grape that makes great wines. It is also the grape variety that contains the most polyphenols so it is healthy (laughs).

I love all regions, even Bordeaux. I am not into Bordeaux bashing but sometimes we need to question ourselves. They arrive late in organic wine and they talk about vinification only. There are a lot of producers that change. I honestly love all French regions. There is also Corsica. We do not talk about it very often but it has an incredible terroir. Provence and Languedoc as well. There is also Jura which becomes trendy. I love everything (laughs)!

Alexia: To conclude, do you want to share one last thing with people who are listening?

Christophe Kaczmarek, French Beaches: So many things! Live, dare to live! It is very important, it means everything and nothing. But I think that in the period that we live in, with masks, locked down home, fined when we leave home without attestation… we have to live now more than ever. I hope that we Covid will end, we will live the roaring twenties of the 21st century. Without prohibition or murders that came after (laughs). Live in a healthy love of life. It does not mean driving a convertible and flying to the Seychelles, it is not that. It is living well at home: barbecue with friends, go out and drink… This is what I want to see. I hope, at least it will be like that for me (laughs)!

And here is for a passionate discussion with Christophe, founder of French Beaches!

I hope you have enjoyed and now want to discover his delicious wines.

Now I would love to hear from you about this interview of Christophe Kaczmarek (French Beaches).

What is your vision of a vin vivant? Do you like this quirky and more modern approach to wine? Do you think we need to create a bridge between the wine worlds, and how? Let me know in the comments below.

Cheers,

Alexia Hupin

P.S.: Wanna read another fascinating interview? Click here to discover the work of Romain Ott, winemaker at Léoube!


Aujourd’hui je suis avec Christophe Kaczmarek, le fondateur de French Beaches. Il propose à travers sa gamme des vins faciles d’approche mais aussi des cuvées de terroir, toujours dans le respect du vivant. Ses mots d’ordre sont l’audace, le fun et la modernité. Il souhaite créer un pont entre les mondes du vin à travers son originalité et son ton décalé.

Alexia : Peux-tu nous raconter ton parcours et comment tu en es venu au vin et à la création de ton entreprise dans ce domaine ?

Christophe : J’ai grandi en Auvergne mais je suis originaire de Pologne à la base. Je n’aimais pas particulièrement l’école et je ne savais pas vraiment vers quoi me diriger. Je suis donc allé en école de commerce. Ça m’a déniaisé et donné confiance en moi. J’ai aussi gagné des bases pour ce que je fais aujourd’hui. J’avais envie d’entreprendre mais je ne savais pas encore dans quoi.

J’en suis venu au vin en 2005 par une rencontre avec Jacques Rouvroy, le créateur de Belvédère (entreprise de vins et spiritueux). Ça a été fondateur pour moi, il m’a fait comprendre qu’on pouvait vivre de sa passion. Quelques années plus tard en 2007, je suis rentré au Repaire de Bacchus. C’est là que je suis tombé fou amoureux du vin. Je voyais derrière chaque bouteille de vin une histoire, une femme, un homme, un vignoble, une région, un climat, un goût… C’était fou ! Je n’ai jamais quitté cet univers ou fait autre chose depuis ce moment quand j’avais 23 ans.

Alexia : Tu dis qu’il t’a appris qu’on pouvait vivre de sa passion. A ce moment-là, étais-tu déjà passionné du vin ?

Christophe Kaczmarek, French Beaches : En bon polonais-français, j’avais un attrait pour l’ivresse (rires) ! Je faisais beaucoup la fête en école de commerce. La déconnexion du moment et le lâcher-prise me plaisaient. Ce qui m’attirait c’était l’ambiance du monde de la nuit et tout ce qu’il y a derrière l’alcool : le verre, la création graphique, la distillation, la fermentation… En prenant ce job étudiant au Repaire de Bacchus, je me suis qu’en fait c’était le vin. Quand on remonte toute l’histoire du vin, c’est l’histoire de l’Homme et de la civilisation.

Alexia : Que penses-tu que cette expérience t’a apportée ? Est-ce que ça a été un tremplin pour la suite ?

Christophe : J’ai toujours eu en moi l’envie de créer mon entreprise. Pendant mes études en école de commerce, il y avait une grosse partie sur l’entrepreneuriat. Je faisais partie d’une association avec une grande dynamique entrepreneuriale donc ça m’a beaucoup nourri ça. On bossait comme des dingues, ça m’a fait gagner beaucoup de temps pour la suite.

En 2007, j’ai participé à la création d’une entreprise en parallèle de ma vacation au Repaire de Bacchus. J’ai fait la rencontre d’un négociant en vin (La Maison du Vin, Paris 17). On faisait des dégustations à la fin de pièces de théâtre qu’on produisait pendant environ deux ans. On s’est fait arnaquer par un mec qui se disait « business angel ». A la suite de ça, j’ai dormi dans un lit de camp au bureau pendant deux ans. Je me lavais dans un lavabo minuscule donc je n’étais pas toujours hyper propre. J’avais tellement la niaque qu’en 2009, je suis rentré à fond au Repaire de Bacchus.

La fibre entrepreneuriale m’a rapidement rattrapé. Je me suis mis en autoentrepreneur et j’ai créé Gentlewine. Je faisais des dégustations, des dîners et des formations aux entreprises.

Christophe Kaczmarek (French Beaches) anime une dégustation
Christophe Kaczmarek (French Beaches) anime une dégustation
Alexia : À cette époque-là, t’étais-tu déjà formé au vin ?

Christophe Kaczmarek, French Beaches : Le Repaire de Bacchus m’a beaucoup formé, sur deux aspects. J’ai rencontré Paolo Boucanova qui est aujourd’hui le n°2 du Repaire de Bacchus. A l’époque il était caviste et il recrutait des vacataires. Quand je suis arrivé, il m’a dit « achète tel bouquin, tel bouquin, tel bouquin et reviens me voir ». J’ai acheté les bouquins, j’ai commencé à potasser et j’ai paniqué. Je me suis dit « c’est mort, ils ne vont jamais me prendre ». Quand je suis revenu, il m’a dit qu’il voulait voir si j’étais vraiment motivé. Il a testé ma motivation parce qu’apprendre le vin en deux semaines, c’est impossible.

J’ai donc appris pendant deux ans en autodidacte et par les formations du Repaire de Bacchus. On a visité beaucoup de vignobles. Mention spéciale à Jacky Blot (La Taille aux Loups, Montlouis-sur-Loire) qui m’avait accueilli en 2009. Je n’y connaissais rien et il m’a beaucoup formé. J’ai aussi été accompagné par Jean-Michel Deluc qui fait aujourd’hui les sélections au Petit Ballon.

En 2012 j’ai passé le WSET 2 en anglais pour avoir le vocabulaire. Ça a été assez facile avec les bases qu’on avait déjà. Ensuite j’ai passé le WSET 3 en anglais en 2013. Ça m’a permis de valider mes connaissances et d’enrichir mon vocabulaire. Je continue d’apprendre tous les jours, je visite beaucoup de vignobles. Je goûte beaucoup de vins et je m’intéresse énormément à la production du vin que je goûte.

Alexia : Comment en es-tu venu à French Beaches ?

Christophe : À la suite de ça, j’ai travaillé pour différentes entreprises et à l’international. En 2015, j’ai créé « Coq au vin », ma première entreprise que je dirige toujours. C’est une agence de vin, je représente douze vignerons actuellement. Ce sont tous des domaines qui respectent le vivant, c’est important pour moi. Ils sont en bio, biodynamie… Je ne cherche pas forcément à avoir plus de vignerons. Ma philosophie c’est de passer beaucoup de temps sur chacun d’entre eux. Je les vois au moins une fois par an et en pratique je les vois plutôt deux à trois fois par an.

C’est donc parti de là. Ce n’est pas simple de vivre de ça donc j’ai commencé à réfléchir à créer des marques et des vins propres à moi, des choses un peu délirantes. C’est venu du fait que les vignerons n’étaient pas forcément prêts à partir dans mes idées.

Au départ je proposais de faire une cuvée ensemble : leur cuvée mais plus marketée pour viser un public plus jeune. Ce public part plutôt sur la bière, les pré-mix,… Il y a des gens qui ont développé la canette pour les attirer. Moi j’ai voulu les attirer sur un aspect intellectuel. Le vin est surtout un plaisir intellectuel. Je voulais offrir un plaisir intellectuel à ce public qui n’a pas forcément les références, qui n’est pas geek ou qui n’a pas envie de geeker sur le vin. Je voulais faire des vins de soif principalement. Il y a aussi des vins de terroir mais je me concentre plutôt sur les vins de soif, faciles à boire.

J’ai créé deux marques. Caaaaaaat avec des collages de chats propulsés dans l’espace. Et French Beaches où j’ai mis toute mon âme. Il y a plein de niveaux de lecture, c’est mon œuvre (sans me la raconter artiste). C’est un peu mon bébé, j’y ai mis tout ce que j’ai.

French Beaches, c’est les plages françaises. C’est l’ouverture de la France sur le monde avec ses quatre façades maritimes. C’est parti du fait que je suis un immigré de deuxième génération, je suis arrivé en France et j’adore ce pays. J’ai pas mal voyagé et vu autre chose mais j’aime vraiment ce pays (même avec ses défauts dont je suis conscient). J’aime aussi me moquer des anglicismes, que j’utilise beaucoup d’ailleurs donc je me moque de moi-même. Il y a de l’autodérision. On peut aussi passer pour un imbécile donc c’est marrant.

Je veux du bon vin et créer un pont entre les mondes du vin. On parle souvent du monde du vin mais pour moi c’est des mondes du vin. Il y a beaucoup de gens qui ne se parlent pas dans ce secteur : la grande distribution, les cavistes de chaîne, les cavistes indépendants… Il y a plein de mondes. Je pense que les vignerons se parlent plus. Ils sont souvent dans les mêmes villages et se croisent souvent. Donc le conventionnel va parler au bio, à la biodynamie, au cosmique… Alors qu’il y a des cavistes qui ne font que du nature, d’autres que du conventionnel…

Il y a deux gammes. La gamme classique dite conventionnelle qui est en fait en raisonnée. Et la gamme Équinoxe où je propose des vins natures. Ce n’est pas une finalité en soi. Je veux offrir des vins qui soient le mieux faits possible dans le respect maximum du vivant. Le respect c’est hyper important pour moi, que ce soit la faune, la flore, les minéraux ; mais aussi les employés et les clients. Je veux apporter de l’émotion.

Alexia : Avec French Beaches, tu fais du négoce de vin 100% français. Pourquoi as-tu choisi d’axer sur le négoce ? Comment l’as-tu mis en place ?

Christophe Kaczmarek, French Beaches : Le négoce est un mot un peu fourre-tout aujourd’hui. En gros, ça veut dire achat-revente. J’achète des vins embouteillés sur lesquels je mets mon étiquette. Je fais en fait l’assemblage des vins dans la plupart des cas. J’arrive donc au moment où les vins sont en cuves ou en barriques et je travaille sur les assemblages avec les vignerons. C’est purement pour l’aspect organoleptique.

Comment j’en suis venu à travailler avec ces vignerons-là, c’est intéressant. Ce n’est pas venu de moi, c’est plutôt venu d’eux. J’ai d’abord créé un vin qui s’appelait « Fils de Poule » pour aller encore une fois chercher ce public jeune. Des vignerons ont vu ce que je faisais et m’ont demandé de travailler ensemble. J’étais super partant pour bosser avec eux. Et c’est parti de là. Par exemple, la cuvée X est faite avec Romain Peyre. Femme Fatale et Femme Fatale 2 (qui sortira à l’automne) sont faits avec Sébastien Mann. Je l’ai rencontré à une assemblée générale de Biodyvin. On dinait à la même table, on a accroché et de fil en aiguille on a sympathisé. Il voulait faire un vin blanc de macération depuis longtemps donc il m’a proposé de le faire ensemble.

French Beaches s’est donc construit comme ça au fur et à mesure. Je n’avais pas d’idée préconçue. Ça a été lancé officiellement en février 2020, on devait faire un vin par saison. Mais en mars 2020, confinement. Ça m’a un peu calmé et j’ai fait une cuvée par équinoxe. Et je prépare actuellement un spiritueux. Ça va permettre de créer un pont entre les différents breuvages. Je pourrais faire un soft drink ou une boisson sans alcool.

Alexia : As-tu toi aussi contacté des producteurs ? Ou tout s’est fait selon les hasards de la vie ?

Christophe : J’avais des envies de cuvées. Par exemple sur « Colline d’amour », j’avais envie de faire un vin sucré. Ils ne sont plus à la mode et je voulais remettre ce style au goût du jour. J’ai donc demandé à Aymeric Hilaire du Domaine Mélaric. Ça fait 15 ans que je suis dans le vin, c’est ma passion. J’ai visité un maximum de vignobles. Je dors vin, je pense vin, je me réveille vin. C’est une folie, une passion dévorante.

Donc forcément on connaît pas mal de monde et Aymeric ne fait pas de sucre. Par contre il m’a parlé de domaines qui le font et qui gagnent à être connus. Il m’a donc mis en relation avec Michel Maestrojuan du Domaine Entras en Côtes de Gascogne. On a discuté et sympathisé. J’ai dégusté ses vins et on a travaillé ensemble. « Colline d’amour » est donc parti d’une recherche et de présentations qui se sont faites.

J’ai des idées de cuvées, j’ai des envies de proposer des choses d’un point de vue organoleptique ou géographique et à un prix abordable. Donc il y a des gens qui sont venus à moi et d’autres que je suis allé chercher. J’aime aller visiter les vignobles pour comprendre le terroir et la méthode de travail de chaque producteur. Ça me fait vivre ma passion aussi. Ce n’est pas qu’une histoire de business. D’ailleurs je ne me rémunère pas avec French Beaches et je ne me rémunérerai pas. Je vis de Coq au vin et de Caaaaaaat.

French Beaches c’est une autre dimension. J’essaie vraiment de créer ce pont. Je n’ai pas vraiment la pression financière même si j’ai eu des pertes énormes à cause du Covid. Mais je n’ai pas la pression de me payer avec, je suis détaché de ça. Ça me donne une grande force au niveau de la créativité, je peux me lâcher. Je fais des références à la poésie et à l’imaginaire des gens. Je fais intervenir des artistes pour la création des étiquettes. Aucun actionnaire ne vient m’imposer quoi que ce soit. J’ai une grande liberté dans French Beaches et c’est ce que je veux cultiver. Désolé, j’ai complètement digressé de ta question (rires) !

Alexia : C’est le lien parfait avec ma question suivante ! Quelles sont tes valeurs et le but que tu souhaites atteindre ?

Christophe Kaczmarek, French Beaches : Il y a beaucoup de choses derrière French Beaches. J’y ai vraiment mis mon âme et qui je suis avec les valeurs que je porte au quotidien. La liberté est très importante pour moi. La générosité, c’est un peu difficile de se le dire à soi-même. Mais à force qu’on me le dise, je commence à comprendre que je le suis d’une certaine manière. Ça passe par le fait de faire des vins de soif, simples et faciles d’approche pour les gens qui ne s’y connaissent pas forcément. C’est aller vers les gens au lieu de ne penser qu’à soi ou à son truc. Il faut quand même la cadrer parce qu’on est dans le business et qu’il faut arriver à le faire tourner. L’audace se voit à travers les étiquettes.

Je fais très attention à l’engagement car c’est à la mode en ce moment. On le met à toutes les sauces maintenant avec le green washing notamment. Ça peut aussi être positif puisqu’ils sont obligés de respecter les axes même si ce n’est que par intérêt. Par exemple cela ne sert à rien de faire des emballages écologiques. Selon moi il serait mieux de ne pas faire cet emballage du tout car il va dans tous les cas finir à la poubelle. Surtout que ce sont en général des gens qui vendent beaucoup de bouteilles, comparés à moi par exemple qui ne vend que mille bouteilles sur la gamme Equinoxe.

Concrètement on n’est pas parfait niveau engagement mais je fais un maximum. Pour créer ce pont entre les différents publics du vin, il faut aller chercher les gens là où ils sont. Selon la RVF, aujourd’hui 90% des vins sont achetés en grande distribution. Le prix moyen des vins en grande distribution tourne autour des 3,50€ TTC. C’est délirant, ce n’est même pas mon coût de revient sur mes cuvées. Je comprends qu’il faut donner accès à ces vins mais je ne peux pas faire ça. Mon combat c’est de faire comprendre aux gens que c’est peut-être mieux d’acheter une bouteille à 9€ et de la boire sur trois jours que d’acheter trois bouteilles à 3€ et d’en boire une par jour. Il est préférable de boire moins mais mieux.

Pour revenir à l’aspect engagement, la gamme Equinoxe est composée uniquement de vins qui respectent le vivant. Il n’y a aucun pesticide, insecticide, élément chimique. Le soufre c’est un grand débat, mais il y a tellement d’autres intrants. On produit le plus naturellement possible et quand on arrive à la protection du vin, il y a plusieurs méthodes. Ça nécessite plus de travail et plus de main d’œuvre. Au lieu de mettre de l’herbicide, on va utiliser des pioches pour enlever les adventices. Je n’aime pas le terme « mauvaise herbe », pour moi il n’y a rien de mauvais dans la nature. Ça veut dire que le vin est plus cher, mais il est aussi plus qualitatif. Il y a tellement de choses à dire que je vais résumer en disant qu’on respecte le vivant du début à la fin de la chaîne de production, jusqu’à celui qui boit le vin.

On essaie de faire du jus de raisin fermenté, c’est simple. Comme le disait Léonard de Vinci, « la simplicité est la plus grande des sophistications ». On se dit que c’est facile de faire du jus de raisin fermenté. Mais c’est plus compliqué que ça. Pour ne pas avoir un vin déviant mais super bon, il faut être un orfèvre. Il faut avoir des raisins de qualité extrême et les manipuler avec la plus grande précaution. Le moindre écart peut tout endommager.

On a aussi des étiquettes éco-conçues. Elles sont faites en déchets de lin ou de canne à sucre, pas d’arbres. J’essaie d’alléger un maximum les bouteilles et le verre est recyclé. Sur les bouchons, j’aime travailler avec le liège naturel. Je me suis posé beaucoup de questions et je n’ai pas encore tout résolu. J’essaie de travailler avec de la cire naturelle et ça implique de l’humain et un coût supplémentaire. Je voudrais éliminer les capsules mais ce n’est pas facile. Ça ne protège pas le bouchon et le vin peut être exposé à des bactéries qui vont l’endommager.

Sur le transport, je voulais utiliser des bateaux ou des voiliers mais ça n’existe pas vraiment. Les cognacs Hennessy le font et je suis heureux que des grandes marques le fassent. Ça pourra permettre à des petits producteurs comme moi de suivre la voie. Cela implique aussi d’expliquer aux clients que leur vin va arriver dans plus longtemps qu’aujourd’hui. C’est aussi un travail à faire de ce côté-là. Il faut que tout le monde arrive à changer ses habitudes.

J’essaie de travailler sur tous ces aspects-là. Je suis petit et je le fais à mon échelle. Il y aussi tout ce qui est envoi de mail et réseaux sociaux, ça prend énormément d’énergie. Sans ça, on n’a pas de visibilité mais ça consomme une énergie folle. Idéalement j’aimerais vivre dans un monde low-tech et travailler plus lentement. Maintenant on vit dans ce monde donc il faut s’y adapter et allier low-tech et high-tech.

Il y a aussi une dimension poétique, de contemplation. Il y a une volonté de ralentir le monde et le temps. Sans la prétention de dire qu’on va sauver la planète, je pense qu’elle s’en sortira très bien sans nous. Mais essayer de nous sauver nous déjà (rires). Il y a cette dimension qui m’anime mais en fait je fais des vins qui sont là pour être bus et pissés tout simplement !

Je pense qu’il faut que les politiques se bougent surtout. C’est facile de blâmer le citoyen comme on le fait aujourd’hui. Il essaie de vivre sa vie comme il peut et il faut l’aider et l’accompagner. Si on lui donne des SUV à acheter, il ne faut pas lui reprocher après de rouler en SUV. C’est un peu facile. A mon échelle en tant qu’entrepreneur, j’essaie de pousser les choses au maximum. Maintenant j’aimerais aussi que les politiques imposent un système. S’ils disent que c’est fini les cargos aux énergies fossiles et que tout le monde doit être en voilier, la question ne se pose plus. Le monde est ralenti de force, il n’y a pas le choix.

Je vois beaucoup d’angoisses chez les gens, et surtout chez les jeunes. Les pauvres, il n’y a pas d’insouciance. C’est important la conscience mais j’essaie de remettre aussi un peu d’insouciance avec mes vins. C’est important de vivre, pas de vivoter. Et pour moi vivre, c’est avant tout via la liberté, l’audace, l’engagement. Et la collaboration, le lien, l’amour.

Alexia : Tes cuvées sont souvent décalées par rapport au monde du vin qui est parfois un peu vieux-jeu, surtout en France. As-tu eu des réactions par rapport aux étiquettes, aux noms ou aux vers de poésie sur tes vins ?

Christophe : Plusieurs générations se côtoient donc je peux surprendre certaines générations. Par exemple quand j’arrive avec « Femme Fatale ».

Déjà c’est un vin blanc de macération ! C’est à la mode et on a l’impression que c’est nouveau. Mais pas du tout, ça existe depuis l’Antiquité. L’étiquette est très moderne avec une bouche un peu décalée. Ça dénote des étiquettes traditionnelles avec l’église dans les vignes ou les armoiries de la famille (rires).

Il y a aussi le nom qui aurait pu poser problème avec le mouvement MeToo. Quand tu penses à une femme fatale, c’est généralement la femme en porte-jarretelles. Mais c’est pas du tout ça pour moi. C’est plutôt Catherine Deneuve, les années 60. Je crois que le terme apparaît au début du 19ème siècle avec des aspects rebelles de la femme soumise au foyer. Elle commence à empoisonner son mari. C’est plutôt cette idée-là que j’avais en tête et ça a été compris. Ce n’est jamais du premier degré chez moi, il y a différents niveaux de lecture.

En général, c’est plutôt bien reçu. Sur « Liaisons Dangereuses » je m’adresse à plusieurs catégories de la population. Il y a un aspect érotique, mais aussi un aspect littéraire et musical (Doc Gynéco). Plusieurs aspects viennent se mêler les uns aux autres.

C’est vrai qu’il y a toujours un aspect sensuel dans ce qu’on produit. Mais c’est en opposition à cette société qui s’hygiénise et se puritanise dans tous les domaines (communication au premier degré par exemple). Sur « Colline d’amour », je me suis aperçu que le nom n’apparaît nulle part ! J’aime aussi garder ce côté mystérieux. C’est plus un aspect artistique et libre qu’un aspect marketing. Je ne réfléchis pas à comment ça va être perçu par le citoyen buveur (je n’aime pas le terme consommateur). Les artistes avec qui je travaille ont carte blanche. Je leur donne le nom de la cuvée, le vers de poésie sur la contre-étiquette et la description du vin. Ils sont ensuite libres de faire ce qu’ils veulent.

Alexia : Peux-tu présenter chacune de tes gammes et leur approche ?

Christophe Kaczmarek, French Beaches : Je fais beaucoup d’export et il y a un terme que j’aime bien qui est utilisé dans le monde. C’est les « no-brainer » ou sans prise de tête en français. C’est ce que j’ai voulu faire sur la gamme classique. On est sur des vins de plaisir immédiat, à boire sans réfléchir aux conditions de service. Il y a un côté facile : je suis avec mes copains et on pense à autre chose, à rien. L’idée est de faire des vins accessibles sur cet aspect-là et accessibles au niveau prix également (environ 10€). Un blanc, un rouge et un rosé.

Sur la gamme Equinoxe, il y a un aspect plus intellectuel et plus sophistiqué. On sort une cuvée par équinoxe. C’est le moment où il y a l’équilibre parfait entre le jour et la nuit, ce n’est pas un hasard. On recherche toujours l’équilibre et l’harmonie dans le vin. De même que dans la vie. Il y a un aspect plus contemplatif, c’est pourquoi je fais appel à des artistes. Je veux quelque chose de beau graphiquement. Sur la contre-étiquette, il y a un vers de poésie à la place des informations sur le vin. Je m’adresse encore une fois à des gens qui ne sont pas forcément geeks et qui ont envie d’un plaisir intellectuel simple. Pour les geeks, il suffit d’aller sur notre site et de télécharger les fiches techniques.

J’ai aussi fait des bières qui sont disponibles à Paris. Elles s’appellent « Liberté Unplugged » en référence à des albums, de Nirvana notamment. Ici j’ai fait appel à l’artiste Anne-Margot Ramstein qui a accepté de travailler avec nous.

Je promeus un art de vivre à la française et même au-delà de ça, un art de vivre respectueux et joyeux. La vie est courte alors il faut faire un maximum dans cette période. Ça passe vite donc il faut maximiser le temps. Il faut s’éclater et en même temps se détacher de l’aspect matérialiste des choses. Il faut prendre le temps de contempler. C’est parce que la vie est courte qu’il faut savoir s’arrêter et prendre le temps de vivre et de regarder ce qui nous entoure. C’est du bon sens.

Alexia : C’est exactement dans cet aspect-là que je suis depuis un an grâce au Covid. J’étais comme tu disais toujours à 200 à l’heure avec plein de projets dans tous les sens. Et la pandémie m’a obligée à m’arrêter, de me poser et de prendre le temps. Ça me permet encore une fois de faire le lien avec ce que tu disais. Tu t’es lancé juste avant le Covid. Quel a été l’impact sur French Beaches ?

Christophe : J’étais à fond et épuisé au moment du lancement. Je suis tout seul dans l’opérationnel même si je suis entouré d’autres entrepreneurs qui ont beaucoup bossé. Mais j’ai tout orchestré en plus de Coq au Vin et Caaaaaaat. 2020 a été une année très difficile pour moi, comme pour tout le monde. J’ai vraiment touché le fond sur plusieurs plans. D’un point de vue business car je travaille beaucoup avec la restauration sur Coq au Vin et French Beaches était tourné sur ce secteur-là aussi. J’ai perdu 70% du CA sur Coq au Vin, donc en faillite, et French Beaches en ultra faillite. On est censés le déclarer au tribunal de commerce mais comme c’était une année Covid, je n’ai pas eu à le faire.

Nous sommes maintenant en avril 2021, j’ai réussi à redresser la barre sur Coq au Vin en travaillant comme un dingue. Ça épuise physiquement et mentalement. Sur French Beaches, je suis en train de redresser la barre. C’est plus difficile car c’est récent et qu’il n’y a pas d’historique. A l’heure actuelle, je suis encore en faillite mais je vais me donner à fond pour redresser la barre. Je pense que c’est mon grain de folie qui va m’y aider. Il faut être un peu fou pour entreprendre, particulièrement en France. Je n’ai pas de problème à payer des impôts mais la bureaucratie, c’est horrible.

L’aspect positif, c’est que tu vas chercher des ressources en toi pour essayer de rebondir. Au premier confinement en mars 2020, j’ai dormi pendant trois semaines. J’ai rattrapé tout mon sommeil en retard et ça m’a fait un bien fou. Je pense aussi que ça pousse la prise de conscience. Ça fait longtemps que je suis sur ce chemin mais ça aide. Ça a permis de changer le fait que la société prône la réussite seulement sur l’aspect matériel. J’essaie de réorienter ce que je fais aujourd’hui. Je suis toujours passionné de commerce, mais du commerce d’échange.

D’un point de vue business, je me suis beaucoup interrogé aussi. Ça m’a fait créer ce site de vente en ligne avec Plugwine. Je n’avais pas le temps avant. Le fait de ralentir et de trouver d’autres moyens d’atteindre les gens m’a permis de faire ça. J’ai cherché des ressources profondes en moi. De toute façon quand on entreprend, on doit travailler énormément. L’idée de l’entrepreneur qui a une idée géniale et qui travaille tout seul, c’est faux. S’il n’est pas entouré, ça ne marchera pas.

J’ai aussi l’impression qu’il y a plus de solidarité et que l’humain s’est renforcé. Au quotidien, on fait plus attention aux autres.

Alexia : Tu fais toujours des transitions parfaites ! Je voulais parler des épisodes de gel récents. Je sais que tu as été aidé à Chablis. Quelle était la situation dans les domaines à qui tu as rendu visite ?

Christophe Kaczmarek, French Beaches : Pour moi, cet enchaînement de la pandémie et du gel sont dus au changement climatique. J’essaie d’être pédagogique sur cet aspect-là. Le réchauffement climatique est à l’échelle globale. Mais à l’échelle locale, on a des conditions météorologiques extrêmes. Le nord de la France pourrait être l’équivalent du pôle nord. En 2014 on a eu des vagues d’air froid aux États-Unis par exemple avec des -50°C. On avait l’impression d’être dans le film « Le Jour d’Après ». Ça m’a beaucoup marqué et j’ai commencé à y réfléchir. Changement climatique = fonte des glaces = dérèglement du vortex polaire = vents froids chez nous.

Effectivement on a eu un épisode de froid avec des -8°C alors qu’il faisait 25°C la semaine précédente. C’est fou ! Ces gels noirs vont faire partie de notre normalité, on en aura d’autres. Les gens sont toujours dans le déni mais il faut prendre conscience et agir à son niveau. Potentiellement c’est toute notre nourriture qui est affecté, ce n’est pas que le vin. On aura probablement de la grêle, des chaleurs extrêmes et de la sécheresse. Par exemple le Domaine Gautheron sur Chablis avec qui je fais la cuvée « Orgie Silencieuse » a perdu aujourd’hui 100% de sa récolte. Il y aura peut-être d’autres bourgeons qui vont pousser mais ça remplacera maximum 20% de sa récolte.

Je suis allé à Chablis et en Champagne pour les soutenir, je ne pouvais pas faire grand-chose. Certains ont utilisé les bougies mais c’est de la paraffine. C’est dérivé du pétrole donc je ne suis pas sûr que ce soit la solution. L’aspersion envoie de l’eau qui gèle et protège la vigne. Mais on utilise des quantités d’eau astronomiques. Il faut se poser les questions et y répondre. On parle aussi beaucoup des hybrides qui sont beaucoup plus résistants. Peut-être qu’on finira par faire des vins de terroir de temps en temps sur les années exceptionnelles et qu’on utilisera les hybrides pour les vins du quotidien. Je pense que c’est une bonne occasion de boire moins mais mieux dans le futur.

Alexia : Avant-dernière question, en général assez difficile. Quel est le vin préféré de ta gamme et de manière globale ?

Christophe : C’est très difficile de choisir un vin favori. Je pense que j’ai un vin favori par moment, par personne avec qui je vais le boire, par humeur ou par accord mets et vins. J’aime beaucoup Orgie Silencieuse qui est la dernière cuvée qu’on a lancé au printemps 2021. J’adore la création graphique et le côté rebelle. J’aime la connexion au vers de Baudelaire qui pour moi ne symbolise pas l’orgie sexuelle. Ça symbolise la nature. L’homme est dans une fête bruyante. La nature est dans une orgie permanente mais silencieuse. J’aime bien cette idée-là. Sur la contre-étiquette, il y a un vers de François Rabelais qui est un humaniste et anti-hygiéniste que j’adore. Un vrai rebelle de son époque qui a été censuré.

La censure me fait peur et j’essaie de combattre ça. On a un peu créé quelque chose où je me moque de ça sur cette cuvée, notamment avec les pictogrammes de la femme enceinte. Je trouve ça absurde de l’infantiliser et de lui dire de ne pas boire d’alcool. A ce moment-là il faut le dire à tout le monde et mettre des pictogrammes partout sur l’étiquette ! D’ailleurs ce pictogramme est interdit dans certains pays. Il est considéré comme grossophobe (interdit au gros). Dans l’absolu tout excès est déconseillé, on peut faire la même chose pour l’eau, l’oxygène ou le soleil (rires) ! Il ne faut pas interdire, les gens font ce qu’ils veulent et disposent de leur corps.

C’est aussi un vin en levures indigènes sans soufre ajouté. C’est très rare dans l’appellation. J’ai d’ailleurs été frappé par l’ignorance d’un journaliste du vin dernièrement. Il m’a dit que c’était dommage qu’il y ait marqué sur la contre-étiquette « sans soufre ajouté » mais « contient des sulfites » sur l’étiquette. Mais en fait tout vin contient des sulfites puisque c’est un dérivé du processus de fermentation. On n’en rajoute pas ensuite. J’ai créé un blog sur Caaaaaaat pour faire un peu de pédagogie là-dessus et je vais faire la même chose sur French Beaches avec un blog éducatif pour ceux que ça intéresse.

Sinon, je bois de tout du monde entier ! J’aime les vins italiens (c’est magique le nombre de cépages qu’y a), espagnols, autrichiens (des Grüner Veltliner m’ont ébloui), allemands (j’adore leurs Rieslings). Je connais pas mal le nord de l’Italie mais j’ai découvert dernièrement les vins volcaniques de Sicile qui sont à la mode en ce moment. Ils sont vibrants, avec une énergie particulière. J’adore les vins de sols volcaniques, travaillés dans le respect du vivant toujours. Il y a aussi des vins australiens qui sont magnifiques. Je trouve d’autres pays moins intéressants.

En France, il y a énormément de régions fantastiques. Je peux citer quelques découvertes récentes : le domaine de Lajibe et le Clos Cancaillaü. Ce sont deux petits domaines qui sont basés dans le Jurançon. Ils ont une texture et une énergie dingue. Ils ne sont pas à la mode, sur le fruit. On est plus dans la retenue au niveau aromatique, mais la texture et l’énergie sont folles ! Surtout la cuvée Météore qui a un super rapport qualité-prix (environ 15€).

J’adore Chablis parce que ce sont des Chardonnay à des prix incroyables pour la Bourgogne. Les grands crus sont encore assez accessibles. Le rapport qualité-prix est super même sur des Chablis Villages, on peut se faire plaisir. Le reste de la Bourgogne, c’est assez compliqué niveau prix et on est assez limités niveau respect du vivant. L’Alsace est hyper intéressante et ce n’est pas beaucoup bu en France aujourd’hui. C’est dommage. Environ 25% du vignoble est bio et la mosaïque de terroirs est fantastique !

Je suis un fou de Champagne évidemment. Ce sont des élevages super longs, une notion d’assemblage très forte : c’est très intéressant. Il faudra peut-être appliquer cet assemblage à d’autres régions dans le futur d’ailleurs. J’habite à Angers donc forcément la Loire, c’est important pour moi. J’adore le Chenin Blanc. C’était mes premières bouteilles mises en cave à mes 23 ans. J’aime aussi le Muscadet qui se renouvelle, notamment avec Jérôme Bretaudeau. Il tire la région vers le haut et il se passe beaucoup de choses.

Il y a aussi l’Auvergne dont on ne parle pas beaucoup. C’était un grand vignoble avant la guerre (environ 30 000ha, aussi grand que la Champagne), aujourd’hui je crois que c’est 2 000ha. C’est tout petit mais ça grandit. Il y a des choses très intéressantes et dans le respect du vivant. Il y a de très jolis Gamay. J’adore aussi le Beaujolais forcément ! Le Gamay est un cépage qui fait des vins tops. C’est aussi le cépage qui contient le plus de polyphénols donc c’est healthy (rires).

J’adore toutes les régions, même Bordeaux. Je ne suis pas dans le Bordeaux bashing mais il faut se remettre en question. Ils arrivent tardivement dans le bio et on ne parle que de vinification. Il y a plein de producteurs qui se remettent en question. Franchement j’aime toutes les régions de France. Il y a aussi la Corse. On n’en parle pas beaucoup mais c’est magnifique comme terroir. La Provence et le Languedoc aussi, avec une belle mosaïque de terroirs. Il y a aussi le Jura qui devient tendance aujourd’hui. J’aime tout (rires) !

Alexia : Pour terminer, as-tu envie de partager une dernière chose avec les personnes qui nous écoutent ?

Christophe Kaczmarek, French Beaches : Tellement de choses ! Osez, Osez vivre ! C’est très important, ça veut tout dire et rien dire. Mais je pense qu’à notre époque avec le masque, enfermés chez nous, on prend une amende en sortant de chez nous sans attestation… Il faut vivre plus que jamais. J’espère que quand on sortira de ce Covid, on va vivre nos années folles à nous du 21ème siècle. Sans la prohibition ou la folie meurtrière qui arrivent après (rires). Vivre dans une joie de vivre saine. Ça ne veut pas dire rouler en cabriolet et prendre un avion pour aller aux Seychelles, ce n’est pas ça. C’est vivre bien chez toi : un barbecue avec des potes, sortir dans la rue boire des coups… C’est ça que je veux voir. J’espère, en tous cas ça sera comme ça chez moi (rires) !

Et voilà pour un échange passionnant avec Christophe Kaczmarek, le fondateur de French Beaches.

J’espère que ça t’a plu et que tu as envie de découvrir ses vins délicieux.

Maintenant, j’aimerais avoir ton avis sur l’interview de Christophe Kaczmarek (French Beaches).

Quelle est ta vision d’un vin vivant ? Aimes-tu cet aspect décalé et plus moderne du vin ? Penses-tu qu’il faille créer un pont entre les mondes du vin, et comment ?

Santé,

Alexia Hupin

P.S. : Tu as envie d’une autre interview passionnante ? Clique ici pour découvrir le travail de Romain Ott, winemaker chez Léoube !

Please share with someone who might be interested in this article! :)
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Let me know what you think...

Get the free ebook "My top habits on how to improve your wine tasting skills" right to your inbox! ☑️

Now available in English and in French! 🇺🇸+🇫🇷