Aucoeur family above vineyards

Beaujolais: 2 things you need to run a vineyard, with Vignoble Aucœur

A little bit about Vignoble Aucœur

Today, we are going to the oldest wine estate in Morgon, more precisely in the village of Villié-Morgon. This small town is located in the Rhone at the heart of Beaujolais, nestled in vallons, peaceful forests and rivers.

The estate has been founded in 1825 and is now run by the 11th family generation. The vine, wine, discovery and sharing are all true family passions. This is where we are meeting with Mélanie and Arnaud Aucoeur from Vignoble Aucoeur, a couple of wine lovers producing high-quality Beaujolais from several appellations.

Arnaud took his first winemaker steps by his grand-father’s side. He learnt the meticulous handiwork of a traditional viticulture while wrote page after page of his tasting diary. At the time, he already thought about new perspectives for the estate so he enrolled in viticulture/oenology/sales studies.

Mélanie, Arnaud’s friend in high school, came back into his life at an alumni gathering. She was studying socioeconomics and kept doing that away from Arnaud. In 2003, they launched into a big 2-year restructuring plan after they have bought the estate. They aimed to offer a fantastic sensory experience to their customers and visitors.

Now let’s chat with Mélanie and Arnaud Aucœur, the owners!

Alexia Hupin: Arnaud, can you talk about you a little bit, and about your way to take over the family estate? It has always been a vocation to you, but have you faced any doubts?

Arnaud Aucoeur: I am born in the world of wine and it explains why I naturally turned myself towards the cellars and wine. I got a good education to make sure that I would not choose it under obligation, then I really understood where my place was. This career needs to be lived as a passion because we have to give a lot of time and energy. I have always followed my grand-father in the cellars: renovating barrels, pressing grapes at harvest, climbing onto a tractor, starting the press, welcoming our clients, going to wine fairs with my parents… I might had some doubts, but I cannot really remind them.

Alexia Hupin: Has it been hard to make the estate develop in your own direction? What challenges have you taken up?

Arnaud Aucoeur: To make a wine estate evolve, I do not think that we can say to change it because it is more to adapt it to the current lifestyle. We have to respond to our clients with a strong and wide range of our crus, offer them visits according to their needs, go towards them and work our soils in a different way from the previous generation. When my parents run the estate, the client came directly in our cellars, now it is our job to go pay him a visit.

Alexia Hupin: Mélanie, you were not immersed in the wine world at all. Did you already have a love for the estate before living with Arnaud? What made you join him and work with him full time?

Mélanie Aucoeur: Love? Oh yes… It has to be love. Aside from this, I have always been an unconditional Nature lover (landscapes, living outdoor, breathing and admiring the simple things around me). My job allows to combine business (work) with pleasure (amazing place to work among our vines). I have found my footing quickly. This job is not dreary at all: each season brings its own tasks. We have to be resourceful, multitask, available and passionate to be a wine-grower.

With our children, it was and still is an evidence for me. Now they help us a lot (sometimes under obligation, especially in their teenage years). We love working as a family in the vines, serving clients and organising wine tastings on Friday nights (our family tradition). I think that our children do not really see them anywhere else, for now anyway. They share our passion and live our challenges and accomplishments with us. They often say that they are lucky… So we surely pass on a little something to them.

children Aucoeur at work with their father
Children Aucoeur at work with their father
Credit: Vignoble Aucoeur

Alexia Hupin: You launched a big restructuring plan for the estate 15 years ago. What has been done, made, changed? What challenges have you taken up?

Mélanie & Arnaud Aucoeur: First of all, we had to find other crus because we were only producing Morgon at first… or almost, we had small amounts of Beaujolais-Villages and Régnié. Our goal is to find parcels where we have a strong partnership with the previous owner. The sellers are always happy to keep playing a role, especially when they are wine-growers too. You do not let go of your vines like that.

When we started working on Fleurie (first acquisition), we did not know neither the terroir nor the method of vinification for it… Even if it is still from Gamay grapes, you have to understand that it is a completely different cru. The previous wine-grower gave us some advices during winemaking, he tasted our first blends from HIS parcel… and the transmission went gently like this. We applied the same method to other crus, such as Moulin-à-Vent, Chiroubles, Juliénas and Saint-Amour. Our collection widened. When it happens this way, we have a strong connection with the previous owners and we love this more than anything… Our vines are always named after their previous owners. We always have a pruner and a bucket if they come over at harvest: we wait for them each year, with great pleasure.

Then, we had to find some parcels of Chardonnay (not an easy task) so we replanted some white Beaujolais-Villages, mainly on sandy soils.

We also had to build a new place for fermentation to meet our clients’ requirements: traceability, HACCP… It was both a big construction work and a big investment for us, we could not go wrong with it. We have already started the restructuring and, in the next couple of years, we will have to work our soils and become completely in organic viticulture (Agriculture Biologique label). It requires time and money, but we are 100% committed to it.

We also want for our Chardonnay (Saint-Véran, Mâcon-Fuissé and white Beaujolais-Villages) to get known more, because people come in Beaujolais only for the reds now. This is a new challenge for us.

Alexia Hupin: You produce wines from several Beaujolais appellations, particularly in the Crus. What are the main differences between each of them? What are the particularities?

Mélanie & Arnaud Aucoeur: Morgon, Moulin-à-Vent and Juliénas are wines full of character, structured and almost full, but always with ripe and fine-grained tannins. Fleurie and Saint Amour are both elegant and fine wines, also structured but with a certain sweetness and roundness. Brouilly are plump and profound. Beaujolais-Villages are lively and fruity. Chiroubles are also fruity, but more gourmet. Our wines are always fruity (Gamay dictates) but the structure and tannins are more or less present according to the soils, climates and appellations.

case of wine from Vignoble Aucoeur
Credit: Vignoble Aucoeur

Alexia Hupin: I think that you really pass on your love of wine to people in your communication, but also in your wines. Viticulture and winemaking are both demanding and rigorous work processes. What enliven and stimulate your passion?

Mélanie & Arnaud Aucoeur: The desire and need to do a well done job. Our biggest flaw: our absolute demanding nature. We can spend hours and hours to go back, improve, try and start again to create something that looks like us. If we do something, we do it completely and never in half.

Alexia Hupin: You have 4 children together: Adrien, Constant, Rose et Aimée. How do they live your work on a daily basis? Are they interested in wine? Are they already playing their part as the 12th generation of the estate?

Mélanie & Arnaud Aucoeur: Adrien is currently in Beaune high-school studying viticulture. Nothing says that he will work with us someday. We even advise him to take advantage of it to go travel the world and work abroad to see how they work elsewhere. Also why not to pass a tractor training. He just has one constraint: to never forget where he comes from and that Beaujolais has his heart. Constant is still young but he starts talking about wine. Sometimes they both make plans for the future: one in sales and the other in the vines. For our 2 princesses, it is fortunately too soon now, but Aimée (5 years-old) already opens bottles of wine and follows us everywhere. Rose is always present to play the wine merchant when a client comes over.

Alexia Hupin: What advices would you give to aspiring winemakers?

Mélanie & Arnaud Aucoeur: Just go for it, there will always be a place for you if you are truly in love with your vines, your soils and if you completely commit to it. The world of wine is sometimes small (when you only watch your area) but if you look up from it, you will see that there is wine everywhere, more and more amazing.

Alexia Hupin: To conclude this interview, I have one last question: what is your favourite wine from your collection? And outside your collection?

Mélanie & Arnaud Aucoeur: From our collection: Morgon of course, in honour to our family. It is also the most ancient wine, the one that we can make by heart (I hope it does not sound pretentious). Outside our collection, we like sweet wines (Sauternes, Gewurztraminer), whites from Burgundy and Savoie, also the lovely rosés from Provence in summer (but not only…)… Anyway, we love travelling through our tastings. It is a difficult question to answer…

bottle of Morgon from Vignoble Aucoeur
Credit: Vignoble Aucoeur

My last words

Thank you so much to both of you, Mélanie and Arnaud, for the time you granted me and for sharing your passion and experience with us today.

Now if you want to pay a visit to Mélanie and Arnaud, make sure to go to:

Le Colombier

135 Impasse du Colombier

69910 Villié-Morgon 

You can also directly check out their website: www.vignobleaucoeur.com and follow them on @vignobleaucoeur.

Now, let me know what you think of Vignoble Aucoeur’s philosophy. Leave a comment below 😉

Liked this interview? Click here to discover the one I did with Romain Ott, winemaker at Château Léoube in Provence!

Talk to you soon…
Alexia Hupin


Une petite introduction au Vignoble Aucœur

Nous nous rendons aujourd’hui dans le plus vieux domaine de Morgon, plus précisément dans le village de Villié-Morgon. Cette petite commune du Rhône est située en plein cœur du Beaujolais, dans un paysage vallonné abritant de jolies forêts et rivières.

Le domaine a été créé en 1825 et est aujourd’hui dirigé par la 11ème génération de la famille. Une vraie passion familiale pour la vigne, le vin, la découverte et le partage. C’est ici que nous rencontrons Mélanie et Arnaud Aucoeur du Vignoble Aucoeur, un couple d’amoureux du vin qui produit plusieurs appellations du Beaujolais de superbe qualité.

Arnaud a fait ses premiers pas de vigneron aux côtés de son grand-père et a appris les gestes méticuleux d’une culture traditionnelle de la vigne, tout en noircissant les pages de son carnet de notes de dégustation. Il pense déjà à de nouvelles perspectives pour le domaine et se lance donc dans une formation axée sur la viticulture, l’oenologie et la commercialisation du vin.

Mélanie, une amie du lycée, rentre définitivement dans sa vie lors d’une rencontre d’anciens. Engagée dans des études de sciences économiques et sociales, elle continue son cursus loin d’Arnaud. En 2003, ils se lancent dans un chantier de restructuration de 2 ans pour ce domaine qu’ils ont racheté, dans le but de faire vivre une magnifique expérience sensorielle à leurs visiteurs.

Maintenant discutions avec Mélanie et Arnaud Aucoeur, les propriétaires

Alexia Hupin : Arnaud, peux-tu nous parler un peu de toi et de ton chemin pour reprendre le vignoble familial ? Ca a toujours été une vocation pour toi, mais as-tu eu des doutes ?

Arnaud Aucoeur : Je suis né dedans, ce qui explique naturellement mon chemin vers les caves et le vin. J’ai fait des études générales pour être sûr de ne pas choisir par obligation avant de comprendre où était ma place. Ce métier doit être vécu comme une passion (on donne beaucoup de temps et d’énergie).J’ai toujours suivi mon grand-père dans les caves : refaire un tonneau, presser du raisin pendant les vendanges, monter sur un tracteur, démarrer le pressoir, accueillir nos clients, partir en salon avec mes parents… Donc j’ai peut-être eu des doutes, mais je ne m’en rappelle pas.

Alexia Hupin : Est-ce que ça a été difficile de faire évoluer le domaine en ton sens ? Quels ont été les challenges à relever ?

Arnaud Aucoeur : Faire évoluer un domaine, je ne sais pas si on peut dire changer un domaine, mais plutôt s’adapter à la vie actuelle. Répondre à nos clients en offrant une gamme large de nos crus, accueillir et proposer des visites en fonction des envies, aller vers le client, travailler nos sols différemment de l’ancienne génération. A l’époque de mes parents, le client (tout type) venait directement en cave, maintenant c’est à nous d’aller le voir et lui rendre visite.

Alexia Hupin : Mélanie, tu n’étais pas du tout baignée dans l’univers du vin. Avais-tu déjà un goût pour ce domaine avant de vivre avec Arnaud ? Qu’est-ce qui t’a décidé à le rejoindre et travailler à ses côtés à 100% de ton temps ?

Mélanie Aucoeur : L’Amour ?! Et oui… il faut bien. En dehors de cela, j’ai toujours été une amoureuse inconditionnelle de la Nature au sens large (paysages, vivre dehors, respirer et admirer les choses simples qui nous entourent). Mon métier nous permet de joindre l’utile (travailler) à l’agréable (décors de rêve dans nos vignes). J’ai très vite trouvé mes marques. Ce métier n’est pas monotone : chaque saison apporte son lot de tâches. Il faut être débrouillard, multitâche, disponible et passionnée pour être vigneronne. Jamais les deux pieds dans la même botte !

Pour moi, avec nos enfants, c’était une évidence et cela l’est encore. Maintenant, nos enfants participent beaucoup (parfois sous la contrainte, surtout à l’adolescence !!!) mais au final on adore travailler en famille, relever la vigne ensemble, servir des clients et faire des dégustations le vendredi soir (institution familiale !). Mais je crois que nos enfants ne se voient pas non plus trop ailleurs pour l’instant ! Ils partagent notre Passion et vivent avec nous nos difficultés et aussi nos réussites ! Ils me disent souvent qu’ils ont de la chance… Donc on transmet sûrement un p’tit truc.

children Aucoeur at work with their father
Children Aucoeur at work with their father
Credit: Vignoble Aucoeur

Alexia Hupin : Vous avez lancé une grande restructuration il y a environ 15 ans. Qu’est-ce qui a été fait ? Quels challenges avez-vous rencontré ?

Mélanie & Arnaud Aucoeur : D’abord, trouver d’autres crus car à la base nous n’étions que sur Morgon… ou presque avec Beaujolais-Villages et Régnié. Notre but est de trouver des parcelles avec lesquelles nous avons un fort partenariat avec l’ancien propriétaire. Les vendeurs (surtout s’ils étaient vignerons eux-mêmes) sont toujours très heureux de s’investir encore. On ne lâche pas des vignes comme cela !!

Lorsque nous sommes arrivés sur le cru Fleurie (1ère acquisition), on ne connaissait pas le terroir, pas comment vinifier… C’est un autre cru, il faut bien le comprendre (même si on reste sur du Gamay). L’ancien vigneron nous a donné des conseils au moment des vinifications, a dégusté avec nous nos premiers assemblages de SA parcelle… et puis la transmission se fait doucement. Nous avons renouvelé cette méthode sur d’autres crus comme Moulin-à-Vent, Chiroubles, Juliénas et Saint Amour. La famille s’est donc agrandie. Nous avons une relation plus que d’amitié « vigneronne » avec les anciens propriétaires dans ce cas, et c’est ce qui nous plaît le plus… Les vignes se nomment même par la suite toujours du prénom de l’ancien propriétaire. J’ai toujours un seau et un sécateur s’il passe au moment des vendanges pour eux : on les attend chaque année, pour le plaisir.

Trouver des parcelles en Chardonnay (pas simple !) donc on a replanté certains Beaujolais-Villages blancs, sur des sols sableux principalement. 

Construire un cuvage neuf répondant aux exigences de nos clients : traçabilité, HACCP… Gros chantier, gros investissement (il ne faut pas se tromper). Dans les années à venir, même si on a déjà entamé la restructuration, travailler nos sols et être en 100% Agriculture Biologique. Cela demande un peu de temps, des sous aussi, mais on est à fond.

Faire connaître un peu plus nos Chardonnay (Saint Véran, Mâcon-Fuissé et Beaujolais-Villages Blanc) car les gens viennent en Beaujolais pour les vins rouges (nouveau challenge).

Alexia Hupin : Vous travaillez sur plusieurs appellations des crus du Beaujolais. Quelles sont les différences entre chacun d’entre eux ? Quelles en sont les particularités ?

Mélanie & Arnaud Aucoeur : Les Morgon, Moulin-à-Vent et Juliénas sont des vins de caractère, structurés et presque charpentés, mais toujours avec des tannins fondus. Les Fleurie et Saint Amour sont des vins tout en élégance et en finesse, structurés également mais avec une certaine douceur et rondeur. Les Brouilly sont des vins charnus et profonds. Les Beaujolais-Villages sont gouleyants, on croque du fruit. Les Chiroubles sont plus gourmands, tout en fruit également. Nos cuvées sont toujours fruitées (Gamay oblige) mais la structure et les tannins sont plus ou moins marqués en fonction des terroirs et des AOP.

caisse de vins Vignoble Aucoeur
Crédit : Vignoble Aucoeur

Alexia Hupin : Vous transmettez un réel amour du vin dans votre communication et vos cuvées. La viticulture et la vinification sont quand même des processus de travail constant et rigoureux. Qu’est-ce qui vous anime et vous motive dans votre passion ?

Mélanie & Arnaud Aucoeur : L’envie et le besoin de faire un travail bien fait. Notre plus gros défaut à tous les deux : l’exigence absolue. On va passer des heures à revenir, à améliorer, essayer, recommencer pour arriver à quelque chose qui nous ressemble. Si on fait quelque chose, on le fait à fond, sans demi-mesure.

Alexia Hupin : Vous avez 4 enfants : Adrien, Constant, Rose et Aimée. Comment vivent-ils votre travail au quotidien ? Sont-ils intéressés par le monde du vin ? Prennent-ils déjà part à leur rôle de 12ème génération ?

Mélanie & Arnaud Aucoeur : Adrien rentre au lycée de Beaune en viticulture : rien ne dit qu’il sera un jour avec nous. On lui conseille même d’en « profiter » pour voir ailleurs, voyager, vinifier à l’étranger ou dans d’autres belles régions françaises. Faire une formation tractoriste pourquoi pas aussi. Par contre une contrainte : qu’il n’oublie jamais d’où il vient et que le Beaujolais a son CŒUR. Constant est encore jeune mais il en parle un peu. Ils font parfois des plans à deux d’ailleurs : l’un au commerce, l’autre à la vigne ! Pour les 2 princesses, c’est trop jeune encore (heureusement !), mais Aimée (5 ans) ouvre déjà les bouteilles et nous suit partout ! Rose est toujours là quand un client passe pour jouer à la vendeuse-caviste !

Alexia Hupin : Quels conseils donneriez-vous à de jeunes vignerons qui souhaitent se lancer ?

Mélanie & Arnaud Aucoeur : Fonce, il y aura toujours une place pour toi si tu es AMOUREUX de ta vigne, de tes sols et aussi si tu t’investis à 100%. Le monde du vin est parfois petit (quand tu ne regardes que ta région) mais si tu lèves le nez, tu verras qu’il y en a partout et toujours de plus en plus formidables.

Alexia Hupin : Pour conclure cette interview, j’ai une dernière question : quel est votre vin préféré dans votre collection ? Et en dehors de votre collection ?

Mélanie & Arnaud Aucoeur : De chez nous : Morgon bien sûr, en honneur à notre base familiale; et puis c’est le plus ancien, celui que l’on sait faire presque par cœur (j’espère ne pas être prétentieux). Pour d’autres, on aime bien les vins liquoreux (Sauternes, Gewurtztraminer), les blancs de Bourgogne et de Savoie et puis un joli rosé de Provence l’été (mais pas que !)… Bref, on aime voyager avec des dégustations. C’est difficile de répondre à cette question…

bouteille de Morgon du Vignoble Aucoeur
Crédit : Vignoble Aucoeur

Mes derniers mots

Merci beaucoup à vous, Mélanie et Arnaud, pour le temps que vous m’avez accordé et d’avoir partagé votre expérience.

Si tu souhaites rendre visite à Mélanie et Arnaud, tu seras superbement accueilli(e) au :

Le Colombier

135 Impasse du Colombie

69910 Villié-Morgon

Ou rendez-vous sur www.vignobleaucoeur.com et Instagram !

Maintenant, dis-moi ce que tu penses de la philosophie du Vignoble Aucoeur ? Partage tes impressions sur l’interview et laisse un commentaire ci-dessous 😉

Cette interview t’a plu ? Clique ici pour découvrir celle de Romain Ott, winemaker au Château Léoube en Provence!

A bientôt… 
Alexia Hupin

Please share with someone who might be interested in this article! :)
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2 Commentaire:

Let me know what you think...

Get the free ebook "My top habits on how to improve your wine tasting skills" right to your inbox! ☑️

Now available in English and in French! 🇺🇸+🇫🇷

%d blogueurs aiment cette page :