Jim Gore on how to be successful in demanding wine studies thanks to its school Global Wine Academy

Here is how to be successful in demanding wine studies, with Jim Gore DipWSET


Are you struggling getting prepared for your WSET Diploma and MW exams? Keep reading to get Jim Gore’s tips to be successful in demanding wine studies!

A little bit about Jim Gore

Jim Gore on how to be successful in wine studies

Jim Gore is fascinated with wine since he discovered Burgundy on family holidays.

He completed studies in science but wine caught him up again. He became the youngest manager of an Oddbins store in Edinburgh and gained his Diploma qualification at the same time. Jim spent a few years in his favourite wine region and joined WSET School London as an examination coordinator. He quickly became a wine educator and then principal of the school at 33. Jim helped reforming several courses. So who would be better placed to help wine students prepare for success?

Missing the class and education job, it was the perfect time for Jim to open his own wine school: Global Wine Academy. Dedicated to help and back Diploma and MW students on their exam preparation, the masterclasses offer an in-depth process to calibrate students’ palates, improve their technique and ace their examinations.

Now let’s chat with Jim and discover how to be successful in wine studies!

The origins of a passion

Alexia Hupin: Jim, it just seems like you were destined to work in wine. How did it begin? Could you walk us through your story and path?

Jim Gore: We spent the summer in Bourgogne each year when I was growing up. Mum was a teacher too so we were lucky enough to spend a lot of time there in her summer break. We actually tried to get down to the coast but Bourgogne was actually the furthest my parents could cope with!

Our first camping experience in France was Meursault. I am sure something must have started sinking in at that age. One of my first jobs was working in a restaurant as a teenager and we had some basic wine training then. They used wines from Oddbins (a local wine merchant) which then helped later on with my work in retail.

Alexia: You went through a lot of different positions in the wine trade. What were your favourite aspects about each one of them?

Jim: Waiter/Drinks retail/Examiner/Educator/Manager. So this is pretty easy for me. When I look back I would say always my favourite positions have been when I have been working directly with the product and with people and to help them understand the product better. Even as a waiter serving wine, making the customers happy and helping them (as much as I could back then) was the most rewarding part.

As an Examiner and as Principal of WSET School London I had a lot of responsibility and my decisions had a global reach. I could make a difference. Not only to a class of students, but to those studying around the world.

My favourite position is the one I am in now as I can be reactive, creative. And for the first time in my education career I have been able to really form long-lasting bonds with students and to make a real impact on their lives. At the recent WSET Diploma ceremony 5 of the Scholarship Winners (including the Vintners Cup) were won by students who have been through my courses in the last 18 months. So seeing their progression was mind-blowing. I was incredibly proud of them.

Alexia: Your success was quite fast. What do you think were your strengths for such a progression? Why did not you keep up towards the Master of Wine studies?

Jim: Work hard, don’t wind people up and be easy to work with. Be self-aware and understand what your role is in a particular job or task. Always praise your team for their contribution. Riding off someone else’s hard work and passing it off as your own is not a good look! I also feel that being both logical and creative has helped me along the way.

I took on too much whilst studying for the MW and I realised I was not superman. So unfortunately I had to take a break from it. I have realised that helping others reach that goal is actually where my time is better spent.

Alexia: As a principal of WSET School London, you did a lot to improve the courses and the students’ experience, by the way changes keep happening now (the new Diploma for instance). What have you worked on? What were your goals? Why do you think these changes were needed?

Jim: I worked on some of the session plans (D1/South Africa/Bourgogne) and was part of the development team for the qualification as a whole. Lots needed to be changed and lots was great as it was. As the other qualifications were re-done, it was evident that the Diploma needed to come in line in terms of terminology. So obviously there needed to be a re-write from a singular voice. The materials also needed to be in one place and be in a format that can be updated annually. That was the main part.

The other part was really understanding what can be achieved in a classroom session and also what is going to be expected from a Level 4 qualification. If analysis is expected in the examination, then analytical skills needed to be taught in the classroom. The sessions that I worked on have an element of discussion and group work in them. The days of simply walking round the map and discussing climate and grape varieties are gone. One thing that I think is still not getting through is how much work the students need to do before they come to class. You can’t work on analysis skills if the facts aren’t there.

The vocation

Alexia: After a few years as a principal, you decided to take your own school up. Did you need a change? What were the “lacks” that you wanted to make up for? What has been the process to create such a company and what are the challenges that you had to face?

Jim: In short it was more what I personally wanted to do with my life and the flexibility that I wanted. Workwise I was missing teaching too much, missing the interaction with students and just not having the time to put in place what I know the students wanted and deserved.

I have been inspired quite a lot from a colleague Erica Dent (Enjoy Discovering Wine) who runs very small groups for her WSET courses and sometimes achieves 100% pass rate at Level 3. The attention she gives to each student is phenomenal and I wanted to emulate that with how I taught. I also think that I wanted to teach and then give feedback. Often the feedback loop is broken somewhat and anonymous. I wanted to make it more personal and effective.
I also think being a logical and singular voice for the tasting element is useful for students in a sea of medium/medium plus and ambiguity.

Alexia: As a Diploma student myself, I totally get why what you are doing is so important. Could you explain what are your offer and particularities? What does a typical masterclass look like? What do you aim for?

Jim: We have a number of resources that are free and more in development. We have podcasts on tasting, study revision tips, blind wine calibration notes and mock exam cases. All this is just to help students and give them a bit of confidence whilst they are studying.

Our courses run from 10am to 5pm in Canada Water Library, London. We tend to run them in the 3 weeks prior to the examinations. We have 12 wines in the day and then 3 blind wine mock exam which is marked with individual feedback. The courses themselves are based on the exams. So we have sparkling, fortified, wines of the world I and II (which focus on the first two and last two tasting questions on D3).

The morning focus is examination technique. We write dry notes,  learn how to answer the questions properly before we start the tasting. This theoretical side to tasting is then brought back at every stage during the day.
We tend to taste in categories for the smaller units so the students will often know they are trying 3 sherries but do not know which type. The light wine courses we taste according to variety, country, region or mixed-bag. We always want to bring the tasting back to the examination.

The courses are a mixture of calibration and examination technique. Some tastings are done quietly alone so that you can test yourself. Others are done as part of a small or large group. There are times where the students actually teach each other about the wines too, which is fun. The day is incredibly tiring. So we need to make sure that the students can cope, which is why we need to mix up the style of tasting. There is also an element of repetition so that students can really work out how to write a good note by the end of the day. Most students receive at least a merit in their mock at the end of the day.

How to be successful in wine studies

Alexia: What would be your advices to any Diploma students starting their journey and wanting to be successful in their wine studies?

Jim: Write dry notes, write flashcards on your level 3 materials. Read my study tips section on my website

Alexia: To conclude, I have a last question for you. What are your favourite wines to enjoy regularly?

Jim: ALWAYS Meursault and Puligny Montrachet, Mosel Riesling, Mencia and Sherry!

My last words

Thank you so much for your time, Jim.
If you are a Diploma or MW student, do not hesitate to book a masterclass with Global Wine Academy to train and practice for your upcoming exams. You will be able to discuss, discover new wines and calibrate your palate according to examination standards.
You can book directly on the website!

Cheers,
Alexia Hupin


Now I’d love to hear from you!

Are you enrolled in WSET or other qualifications? Do you wonder how to be successful in wine studies?

Let me know in the comments below! 😉

P.S.: Wanna know more on how to be successful in wine studies? Read my piece with Elizabeth Gabay MW!


Petite introduction sur Jim Gore, fondateur de l’école Global Wine Academy

Jim Gore est fasciné par le vin depuis qu’il a découvert la Bourgogne pendant des vacances en famille.

Il a effectué des études scientifiques mais le vin l’a rattrapé à nouveau. Il est devenu le plus jeune manager dans un magasin Oddbins (marchand de vin local) à Edinbourg, tout en passant son Diploma. Jim a ensuite passé quelques années dans sa région favorite avant de rejoindre la WSET School of London en tant que coordinateur des examens. Il est rapidement devenu éducateur puis principal de l’école à 33 ans. Jim a participlé à la réforme de plusieurs cours. Qui serait donc mieux placé pour aider les étudiants à se préparer aux examens ?

Donner des cours manquait à Jim, c’était donc le moment parfait pour ouvrir sa propre école : Global Wine Academy. Avec pour objectif de préparer les élèves du Diploma et du Master of Wine à leurs examens, les masterclasses offrent un processus approfondi pour calibrer les palais des étudiants, améliorer leur technique et réussir leurs examens.

Maintenant, discutons avec Jim !

Jim Gore on how to be successful in wine studies

Les origines d’une passion

Alexia Hupin : Jim, il semble que tu étais destiné à travailler dans le vin. Comment tout a commencé ? Pourrais-tu nous raconter ton histoire et ton chemin ?

Jim Gore : Pendant mon enfance, nous passions tous nos étés en Bourgogne. Ma mère était professeure également donc nous avions la chance de passer beaucoup de temps là-bas pendant les vacances d’été. Nous essayions en fait de descendre jusqu’à la côte mais mes parents ne pouvaient pas lutter plus loin que la Bourgogne!

Notre premier camping en France était à Meursault, je suis sûr que j’ai commencé à l’assimiler à cet âge. Adolescent, un de mes premiers boulots était dans un restaurant. Nous avions une formation très basique sur le vin, ils utilisaient des vins de chez Oddbins (un marchand de vin local), ce qui m’a ensuite aidé quand j’ai travaillé dans la vente.

Alexia : Tu as occupé beaucoup de postes différents dans le vin. Qu’as-tu aimé le plus dans chacun d’eux ?

Jim : J’ai été serveur, vendeur, examinateur, éducateur et manager. Donc c’est plutôt facile pour moi. Quand je regarde en arrière, je dirais toujours que mes postes préférés ont été ceux où j’étais en contact direct avec le produit et les clients pour les aider à mieux comprendre le produit. Même en tant que serveur, je rendais les clients et les aidais (autant que je le pouvais à l’époque) et c’était la partie la plus gratifiante.

En tant qu’examinateur et principal de la WSET School London, j’avais beaucoup de responsabilités et mes décisions avaient une portée globale. Je pouvais faire la différence, autant pour la classe que pour les étudiants autour du monde.

Mon poste préféré est celui que j’occupe actuellement car je peux être réactif, créatif. Et, pour la première fois de ma carrière dans l’éducation, je suis capable de former des liens durables avec des étudiants et d’avoir un réel impact sur leur vie. Lors de la dernière cérémonie de remise du Diploma, cinq bourses d’étude ont été gagnées par des étudiants ayant participé à mes cours dans les 18 derniers mois. Voir leur progression était époustouflant, j’étais vraiment fier d’eux.

Alexia : Ton succès a été plutôt rapide. Quelles étaient tes forces pour une telle progression ? Pourquoi ne pas avoir continué vers les études de Master of Wine ?

Jim : Travailler dur, ne pas agacer les gens et rendre facile de travailler avec soi. Bien se connaître et comprendre quel est notre rôle dans un poste/une tâhce particulière. Toujours honorer la contribution de son équipe, s’approprier le bon travail des autres n’est jamais une bonne idée! Il me semble aussi qu’être logique et créatif m’a beaucoup aidé.

J’ai pris trop de choses en charge pendant que j’étudiais pour le Master of Wine et j’ai réalisé que je n’étais pas Superman. J’ai donc malheureusement décidé de faire une pause à ce sujet. Je me suis rendu compte que passer mon temps à aider les autres à atteindre leur but était plus approprié.

Alexia : En tant que principal de la WSET School of London, tu as fait beaucoup de choses pour améliorer les cours et l’expérience des étudiants. D’ailleurs, des changements ont toujours lieu (nouveau format pour le Diploma). Sur quoi as-tu travaillé ? Quels objectifs avais-tu en tête ? Pourquoi penses-tu qu’ils étaient nécessaires ?

Jim : J’ai travaillé sur les plans de quelques sessions (production, Afrique du Sud, Bourgogne) et j’étais dans l’équipe de développement du niveau 4. Il était nécessaire de changer beaucoup de choses et beaucoup d’autres étaient parfaites telles quelles. Comme les autres niveaux ont été retravaillés, c’était évident d’aligner le Diploma dessus. Il fallait donc le réécrire, mettre tout le matériel au même endroit et dans un format facile à mettre à jour annuellement.

L’autre partie était de vraiment comprendre ce qui pouvait être fait dans une classe et ce qui allait être attendu d’un niveau 4 : si l’analyse est attendue aux examens, il est donc nécessaire d’apprendre l’analyse en cours. Les sessions sur lesquelles j’ai travaillé ouvrent à la discussion et au travail en équipe. Les jours où l’on regardait les cartes et discutait du climat et des cépages sont révolus. Une chose qui je pense n’est pas encore faite, c’est tout le travail que les étudiants doivent effectuer avant de venir en classe. Ils ne peuvent pas travailler sur l’analyse sans avoir les faits.

La vocation

Alexia : Après quelques années en tant que principal, tu as décidé de monter ta propre école. Avais-tu besoin de changement ? Quels étaient les manques que tu souhaitais combler ? Quel a été le processus de création et les challenges que tu as du surmonter ?

Jim : Pour faire court, il était plus question de ce que je voulais faire de ma vie et la flexibilité que je souhaitais. Au niveau du travail, enseigner me manquait trop. L’interaction avec les étudiants, pas seulement de mettre en place ce qu’ils souhaitaient et méritaient.

J’ai été beaucoup inspiré par ma collègue Erica Dent (Enjoy Discovering Wine) qui s’occupe de petits groupes dans ses cours WSET et atteint parfois 100% de réussite pour le niveau 3. L’attention qu’elle donne aux étudiants est phénoménale et je voulais l’égaler dans ma façon d’enseigner. Je pense aussi que je souhaitais enseigner puis donner des retours. Ils sont souvent non existants et anonymes, je voulais les rendre plus personnels et efficaces. Je pense aussi être logique et avoir une voix singulière pour que la partie dégustation soit utile pour les étudiants, dans un océan de moyen/moyen+ et d’ambiguïtés.

Alexia : En tant qu’étudiante du Diploma, je comprends tout à fait pourquoi ce que tu fais est si important. Pourrais-tu expliquer ce que sont ton offre et ses particularités ? A quoi ressemble une masterclass ? Quel en est le but ?

Jim : Nous avons des ressources gratuites et plus en développement : il y a des podcasts sur la dégustation, des astuces pour les révisions, des notes de dégustation pour se calibrer à l’aveugle et des études de cas blanches. Tout ça c’est juste pour aider les étudiants et leur donner un peu de confiance pendant qu’ils étudient.

Nos cours ont lieu de 10h à 17h à Canada Water Library à Londres. Ils ont lieu environ 3 semaines avant les examens. Il y a douze vins dans la journée et trois examens blancs qui sont notés et corrigés individuellement. Les cours en eux-mêmes sont basés sur les examens : il y a donc les pétillants, les fortifiés, les vins du monde 1 et 2 (qui se concentrent sur les deux premières puis les deux dernières questions de l’unité 3).

Le point du matin est la technique d’examen : on écrit des notes, apprend comment bien répondre aux questions avant de commencer à déguster. La partie théorique de la dégustation est ensuite rappelée toute la journée. Nous dégustons par catégorie pour les petites unités donc les étudiants auront souvent trois Xérès sans savoir quel type et pour les vins du monde, nous dégustons par rapport au cépage, au pays, à la région ou un mélange. Nous ramenons toujours la dégustation à l’examen.

Les cours sont un mélange entre les techniques de calibration et d’examen. Certaines dégustations sont effectuées tout seul au calme pour se tester soi-même, les autres sont faites en petit ou gros groupe. Il y a des fois où les étudiants s’éduquent les uns les autres, ce qui est bien. La journée est terriblement fatiguante donc nous devons nous assurer que les étudiants puissent suivre, c’est pourquoi nous mélangeons les styles de dégustation. Il y a aussi de la répétition pour qu’ils puissent vraiment écrire une bonne note à la fin de la journée. La plupart des étudiants reçoit au moins une mention mérite à la fin de la journée.

Comment réussir ses examens

Alexia : Quels conseils donnerais-tu à un étudiant du Diploma qui commence son parcours?

Jim : Ecris des notes, fais des flashcards sur ton niveau 3. Lis mes astuces sur mon site

Alexia : Pour conclure, j’ai une dernière question pour toi. Quels sont tes vins préférés ?

Jim : TOUJOURS Meursault et Puligny-Montrachet, les Riesling de Moselle, la Mencia et le Xérès!

Mes derniers mots

Merci beaucoup pour le temps que tu m’as accordé, Jim.
Si vous êtes un étudiant pour le Diploma ou le Master of Wine, n’hésitez pas à réserver une masterclass avec Global Wine Academy pour vous entraîner pour vos prochains examens. Vous pourrez discuter, découvrir de nouveaux vins et calibrer votre palais selon les standards d’examen.
Vous pouvez réserver directement sur le site !

Santé,
Alexia Hupin


Maintenant je veux en savoir plus sur toi !

Es-tu inscrite au WSET ou à d’autres qualifications ? Te demandes-tu comment réussir tes examens ?

Dis-moi tout en commentaire ci-dessous 😉

P.S. : Envie den savoir plus sur comment réussir tes études dans le vin ? Lis cet interview que j’d’Élisabeth

Please share with someone who might be interested in this article! :)
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Let me know what you think...

Get the free ebook "My top habits on how to improve your wine tasting skills" right to your inbox! ☑️

Now available in English and in French! 🇺🇸+🇫🇷