Vanessa Guebels, Weeno founder

Vanessa Guebels, Weeno founder, on how to run your own wine school while studying for the MW


Vanessa Guebels, Weeno founder: introduction

Vanessa Guebels, Weeno founder, grew up in Champagne and has always felt connected to wine in a way. She worked in a different career for a while between Paris and abroad though. At the end of 2016, Vanessa comes back to France after a few years spent in China. She is thrilled to get back to French gastronomy and the pleasure to pair wine with food. But, even in France, the art of wine and food pairing remains difficult for most people…

In the wake of this conclusion, Vanessa opens her own wine school in 2017. Her goal? Make people discover wine in a simple way, teach them how to taste wine properly and know their own preferences so that they are able to enjoy wine better.

Vanessa Guebels, founder of Weeno, in the vines
Vanessa Guebels, in the vines of Château de Pommard

Now chatting with Vanessa Guebels, Weeno founder

Alex: Vanessa, can you talk a bit about you and your journey for starter?
Vanessa: I grew up in Reims in a small family-owned Champagne property on the Berru mountain. I was then quite young when I first started to appreciate fine bubbles. As a teenager, I wanted to travel the world and, with this goal in mind, I joined a business school to work in international trade. I worked in this field for 10 years in Paris, Singapore and finally Shanghai. I really loved being in contact with people from different cultures and I learnt a lot about sales and marketing.

But when I came back to France, I took the chance to start a new life project. I wanted to head towards a product that I have always been fond of: wine. In order to do so, I enrolled into the WSET courses and it quickly became an addiction, I always wanted to know more.

Alex: You were interested in wine but you did not work in the field before. What was the click?
Vanessa: I have always loved wine, first Champagne and then Burgundy. I have had beautiful emotions on a few wines that I cannot precisely recall but I remember a Meursault, a Beaune from Hospices de Beaune and an oaked Chardonnay from South Africa. These wines left their mark on me and I wanted to know more.

During my training, what fascinated me the most was the diversity of wines. I did not necessarily want to work for a particular property and to settle on a single appellation or region, I wanted to share my knowledge and keep developing mine. Tasting a wine allows me to travel, I particularly appreciate New World wines.

Alex: You studied through the WSET qualifications all the way up to the Diploma. How did it go? What do you retain from this experience?
Vanessa: I took the levels 2 and 3 pretty quickly, with maybe only one month apart. I did not work at that time so I had a lot of time to dedicate to studies. A few teachers called to my mind, I am thinking about Tracy Dobbins and Fanny Darrieusecq. Their journeys and experiences made me want to follow their path and this is how I threw myself into the Diploma.

I studied in London and I particularly loved this two-year period. I met passionate people from all around the world, they are friends now. Some topics were more difficult than others. I especially loved geography, terroirs and tasting, on the other hand viticulture and winemaking were two areas more difficult to comprehend.

Alex: After completing the Diploma, you created your own wine school in Marseille, France: Weeno. What motivated this choice? Have you always been attracted to education? What are the most important requirements for a wine school in your opinion?
Vanessa: I have actually always loved sharing my knowledge. In the past, I was responsible of the training centre at Philips in France. I was in charge of developing educational contents for products such as electric shavers, TVs or vacuum cleaners! At this period, I took a training course to specialise into training adult people. I trained our entire sales team to deliver educational contents to the department supervisors in our shops.

Thanks to this experience, I was confident about my skills to teach and I started Weeno. At first I organised wine tastings with my friends, we shared the cost of the wines and I tought them how to taste and understand the wines. They supported me a lot and reassured me in my choice; I trained and offered WSET courses.

The most important to me during our courses is the quality of the educators before anything else, they have to know the WSET syllabus inside out so that students succeed. They also have to be humble, the objective is to make wine accessible and certainly not to make it more complicated nay snobby. At the beginning I was the only educator and now we are a team of 4 young educators: Alexia, Florence, Romain and I. Another very important requirement for the school is the quality and quantity of the wines offered for the tasting part. I do not think that I am lying by telling that we have a superb selection of wines, both educators and students generally love it.

Alex: What challenges did you overcome while implementing your project? Can you explain how you create the courses, select the wines and manage the school daily? What do you like in this job?
Vanessa: I am not a big fan of management and to me, the administrative formalities to create a company, accounting and negotiations with banks have been true nightmares at first. I like teaching, I keep teaching students when I can, especially during weekend courses.

I obviously love selecting the wines, it was quite a challenge at first because I did not have an established network. And finding Rutherglen Muscat, Australian Semillon for the WSET Level 3 was a challenge. I went and still go to wine fairs. Meeting the producers is the best way to talk about the wines next.

Alex: Your offer is varied with courses for private individuals and companies, but also with oenology classes outside from the WSET courses. Is it an asset compared to other schools? Do you have other future plans?
Vanessa: I first tried a lot of different formats and today, after 3 years, I refocused on WSET courses. I now offer online courses. Maybe one day I will offer oenology classes again, I am looking for new premises in the centre of Marseille for this.

Alex: You are the Education Director at Ecole V for the renowned Château de Pommard (Burgundy) for more than two years now. What does your position imply? How did the creation of the school take place in an estate like this?
Vanessa: It was quite a combination of factors. When I received my approval to teach WSET courses, I found this job offer on the WSET website. Château de Pommard wanted to create its own wine school. Out of curiosity, I contacted them and I immediately got along with Michael Baum, the American owner. His vision of teaching and consumer experience totally matched mine.

So, without compromising Weeno’s durability, I joined his teams to create two schools, one in Château de Pommard and one in Paris. Ecole V in Château de Pommard very quickly met with great success. It has to be said that it is the only WSET school located in a vineyard.

Alex: You also are a MW candidate. What is your motivation? Is it a new challenge to you? How do you reconcile everything?
Vanessa: I have a hunch that I cannot keep teaching without keeping on learning. The Master of Wine encourages me to develop my expertise and look into numerous topics. Once again it is the occasion to share warm moments with students worldwide.

Each seminar takes place in a wine-growing region and we discover beautiful estates. My first seminar was in Rust in Austria, I did not know a lot about Austrian wines and now I have the impression to be more at ease and communicate better on these wines.

Reconciling everything is indeed difficult! Let’s stay that my strength is to be very organised. My schedule is planned a long way in advance. I now have a team that supports the different aspects of our activity. But I devote a lot of time to my work and passion, my whole life is about this. When I am not talking about wine, I travel with my son and close relations.

Alex: What advice would you give to people who want to dive into/change careers in wine?
Vanessa: Go into it, do not give up, follow your believes and heart. It will not be a long and quiet river but, when you do something that you love, you reap a lot of personal satisfaction.

Alex: To conclude this interview, I have a final question: what is your favourite wine?
Vanessa: I have a soft spot for Sherry, Fino and Manzanilla in particular. I was lucky enough to visit the bodegas with the Consejo Regulador and I am now a certified Sherry educator. I am very proud, their know-how is unrivalled and the wines are of great complexity and finesse.

My last words

Thank you so much for your time Vanessa.
If you want to dive into the world of wine with a training, or just for pleasure, you can go to:
Château de la Jouvène
25 chemin des Accates
13011 Marseille
or on the website www.weenowine.com

Cheers,
Alexia Hupin


Now, I want to hear from you!

How does Vanessa Guebels, Weeno founder’s journey inspire you to join the wine industry? Do you want to start studying wine? How can you implement her advice to combine it with your current job?

Let me know in the comments below! 😉

P.S.: Wanna discover another inspiring woman in wine? Check out my interview of Senay Ozdemir, founder of the first Women in Wine Expo!!


Vanessa Guebels : introduction

Vanessa Guébels a grandi en Champagne et s’est toujours sentie en quelque sorte connectée au vin. Pendant quelques temps, elle a cependant travaillé dans un secteur différent entre Paris et l’étranger. A la fin de l’année 2016, Vanessa rentre en France, après plusieurs années passées en Chine. Elle est ravie de retrouver les joies de la gastronomie française et le plaisir de choisir le vin qui s’accordera parfaitement avec son plat. Mais, même en France, cette tâche reste difficile pour le plus grand nombre…

Se basant sur cette conclusion, Vanessa crée sa propre école de formation du vin dans la foulée, en 2017. Son but ? Faire découvrir le vin simplement, apprendre aux gens à le déguster et leur connaître leurs goûts pour mieux l’apprécier.

Vanessa dans les vignes
Vanessa Guebels, dans les vignes du Château de Pommard

Place à la discussion avec Vanessa Guebels !

Alex : Vanessa, peux-tu nous parler un peu de toi et de ton parcours pour commencer ?
Vanessa : J’ai grandi à Reims sur la montagne de Berru dans une petite propriété familiale en Champagne, c’est donc assez jeune que je me suis mise à apprécier les petites bulles. Adolescente, je voulais voyager et découvrir le monde et c’est avec cet objectif en tête que j’ai démarré une école de Commerce, je voulais travailler dans le commerce international. J’ai travaillé dans cette branche pendant 10 ans à Paris, à Singapour et enfin à Shanghai. J’ai beaucoup aimé le contact avec les gens de cultures différentes et j’ai beaucoup appris sur la vente et le marketing.

Mais à mon retour en France, j’ai saisi l’opportunité de démarrer un nouveau projet de vie. Je voulais m’orienter sur un produit que j’affectionne depuis toujours, le vin. Dans ce but, j’ai démarré les formations du WSET et c’est devenu une addiction, je voulais toujours en savoir plus.

Alex : Tu étais intéressée par le vin mais tu n’as pas travaillé dans ce domaine dans un premier temps. Quel a été le déclic ?
Vanessa : J’ai toujours aimé le vin, d’abord le Champagne, puis les vins de Bourgogne. J’ai eu de belles émotions sur quelques vins que je ne pourrais citer précisément mais je me souviens d’un Meursault, d’un Beaune des Hospices de Beaune et d’un Chardonnay boisé d’Afrique du Sud. Ces vins m’ont marquée et j’ai voulu en savoir plus.

Lors de mes formations, ce qui m’a le plus fasciné c’est la diversité des vins. Je n’avais pas forcément envie de travailler pour une propriété en particulier et m’arrêter à une seule appellation ou région, je voulais partager mes connaissances et continuer à développer les miennes. Goûter un vin me permet un peu de voyager, j’apprécie particulièrement les vins du Nouveau Monde.

Alex : Tu as suivi tout le cursus de formation du WSET jusqu’au Diploma. Comment cela s’est-il passé ? Que retires-tu de cette expérience ?
Vanessa : J’ai passé les niveaux 2 et 3 très rapidement, à peut-être un mois d’intervalle. Je ne travaillais pas à ce moment-là donc j’avais beaucoup de temps à consacrer au programme. Certains professeurs m’ont interpellée, je pense à Tracy Dobbins et Fanny Darrieusecq. Leurs parcours et leurs expériences m’ont appelée à suivre leur chemin et c’est ainsi que je me suis lancée dans le Diploma.

J’ai étudié à Londres et j’ai particulièrement apprécié cette période de deux ans. J’ai rencontré des passionnés du monde entier, ce sont des amis maintenant. Certains sujets pour moi étaient plus difficiles que d’autres. J’aimais avant tout la partie géographie, terroirs et dégustation, en revanche la viticulture et la vinification étaient deux domaines plus difficiles à appréhender.

Alex : A la suite de ton Diploma, tu as créé ta propre école de formation à Marseille : Weeno. Quelle a été le moteur de sa création ? Est-ce que tu as toujours été attirée par l’éducation ? Quels sont pour toi les critères les plus importants dans une école du vin ?
Vanessa : J’ai en effet toujours aimé partager mes connaissances. Par le passé, j’ai été responsable du pôle formation de Philips en France. Je me chargeais de développer les contenus pédagogiques pour des produits comme les rasoirs électriques, les téléviseurs, les aspirateurs ! A cette période, j’ai passé des formations pour me spécialiser dans la formation pour adultes. Je formais toute notre équipe de vente qui délivrait les contenus de formation auprès des chefs de rayons des magasins.

Forte de cette expérience, j’étais confiante sur mes capacités à transmettre et j’ai démarré Weeno. Au début, j’organisais des soirées avec mes amis, nous partagions le coût des vins de la soirée et je leur apprenais à déguster et à comprendre les vins. Ils m’ont beaucoup soutenue et m’ont confortée dans mon choix ; je me suis professionnalisée puis j’ai proposé les formations du WSET en vins.

L’important pour moi lors de nos formations, c’est avant tout la qualité des formateurs, ils doivent connaître le programme du WSET sur le bout des doigts afin de s’assurer de la réussite des étudiants. Ils doivent aussi faire preuve d’humilité, l’objectif est de rendre le vin accessible et surtout pas de le rendre plus compliqué voir snob. Au début, j’étais la seule formatrice et maintenant nous sommes une équipe de 4 jeunes formateurs : Alexia, Florence, Romain et moi. Un autre critère très important pour l’école, la qualité et le nombre de vins que nous faisons déguster. Je ne pense pas mentir en annonçant que nous avons une superbe sélection de vins, les formateurs et les participants se régalent en général.

Alex : Quels ont été les challenges rencontrés lors de la mise en place du projet ? Peux-tu nous expliquer comment se déroule la création des formations, la sélection des vins et la gestion de l’école au quotidien ? Qu’est-ce que tu aimes dans ce métier ?
Vanessa : Je ne suis pas une grande adepte de l’administration et pour moi, les formalités de création d’entreprise, la comptabilité et les négociations avec les banques ont été au début de véritables cauchemars. J’aime former et je continue lorsque je le peux à former les étudiants, surtout lors des sessions du week-end.

J’aime évidemment sélectionner les vins, c’était un sacré challenge au début car je n’avais pas vraiment de réseau établi. Et trouver des Muscat de Rutherglen, des Sémillon australiens pour le programme du WSET 3 relevait du challenge. Je me suis rendue et je continue régulièrement de visiter les salons des vins. Rencontrer les producteurs est le meilleur moyen de parler des vins par la suite.

Alex : Ton offre est diversifiée pour les particuliers et les entreprises, mais aussi sur des cours d’œnologie en dehors des formations diplômantes du WSET. Est-ce un plus par rapport aux autres écoles ? As-tu d’autres développements prévus pour le futur ?
Vanessa : Dans un premier temps, j’ai testé beaucoup de formats différents et après 3 ans d’activité, je me suis recentrée sur les formations du WSET. Je propose maintenant les formations en ligne. Peut-être qu’un jour je proposerai de nouveau des cours d’œnologie pour les particuliers, pour cela je cherche des locaux dans le centre de Marseille.

Alex : Depuis maintenant plus de deux ans, tu es Directrice de l’Education de l’Ecole V pour le fameux Château de Pommard (Bourgogne). Qu’est-ce que ton rôle implique ? Comment s’est déroulée la création d’une école du vin dans un domaine de renom ?
Vanessa : C’était un sacré concours de circonstances. Lorsque j’ai reçu mon agrément pour enseigner les formations du WSET, j’ai trouvé cette offre d’emploi sur le site du WSET. Le Château de Pommard cherchait à créer son école. Par curiosité, je les ai contactés et j’ai tout de suite accroché avec Michael Baum, le propriétaire américain. Sa vision de l’enseignement et des expériences consommateurs me correspondait parfaitement.

Donc, sans compromettre la pérennité de Weeno, j’ai rejoint ses équipes pour monter deux écoles, une au sein du Château de Pommard et l’autre à Paris. École V au Château de Pommard a très rapidement rencontré un franc succès. Il faut dire que c’est la seule école du WSET située dans un domaine viticole.

Alex : Tu es également candidate pour le Master of Wine cette année. Quelle est ta motivation ? Est-ce un nouveau challenge pour toi ? Comment parviens-tu à tout concilier ?
Vanessa : J’ai l’impression que je ne peux pas continuer à enseigner sans continuer à apprendre. Et le Master of Wine me pousse à développer mes compétences et à creuser de nombreux sujets. Encore une fois, c’est également l’occasion de partager de chaleureux moments avec des étudiants du monde entier.

Chaque séminaire se déroule dans une région viticole et nous découvrons de beaux domaines. Mon premier séminaire s’est déroulé à Rust en Autriche, je ne connaissais pas grand chose aux vins autrichiens et maintenant j’ai l’impression d’être plus à l’aise et de pouvoir mieux communiquer sur ces vins.

Tout concilier, c’est en effet difficile ! On va dire que ma force, c’est d’être très organisée. Mon planning est prévu bien à l’avance. J’ai maintenant une équipe qui soutient les différents aspects de notre activité. Mais je consacre énormément de temps à mon travail et ma passion, ma vie tourne autour de ça. Lorsque je ne parle pas de vin, je voyage avec mon fils et mes proches.

Alex : Quels conseils donnerais-tu aux personnes qui souhaitent se lancer/se reconvertir dans le milieu du vin ?
Vanessa : Lancez-vous, n’abandonnez pas, suivez vos convictions et votre cœur. Tout ne sera pas rose mais lorsque l’on fait ce que l’on aime, on récolte beaucoup de satisfaction personnelle.

Alex : Pour conclure cette interview, j’ai une dernière question : quel vin est ton vin préféré ?
Vanessa : J’ai un petit faible pour les vins de Jerez, en particulier les styles Fino et Manzanilla. J’ai eu la chance de visiter les bodegas de la région avec le Consejo Regulador et je suis maintenant éducatrice certifiée vins de Jerez. J’en suis très fière, leur savoir-faire est incomparable et les vins sont d’une grand complexité et finesse.

Mes derniers mots

Merci beaucoup pour le temps que tu m’as accordé Vanessa.
Si vous aussi, vous souhaitez vous lancer dans une formation pour intégrer le milieu du vin, ou juste pour le plaisir, rendez-vous au :
Château de la Jouvène
25 chemin des Accates
13011 Marseille
ou sur www.weenowine.com.

Santé,
Alexia Hupin


Maintenant je veux entendre ton avis !

Comment t’inspire le parcours de Vanessa ? Souhaites-tu te lancer dans des études du vin ? Que penses-tu de ses conseils pour les combiner avec ton job actuel ?

Dis-moi tout en commentaire ci-dessous ! 😉

P.S. : Envie de découvrir une autre femme du vin inspirante ? Jette un œil sur l’interview de Senay Ozdemir, la fondatrice de la première Exposition des Femmes du Vin !

Please share with someone who might be interested in this article! :)
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Let me know what you think...

Get the free ebook "My top habits on how to improve your wine tasting skills" right to your inbox! ☑️

Now available in English and in French! 🇺🇸+🇫🇷